mardi 17 mai 2011

Toujours emprisonné, Ai Weiwei a pu rencontrer sa femme

Le Temps - Lundi 16 mai 2011

Pour la première fois depuis qu'il est détenu, début avril, l'artiste très critique du régime a été autorisé à recevoir une visite ce dimanche. Il est en bonne santé

C'est l'un de ses avocats qui a donné la nouvelle. «Lu Qing a été autorisée à rendre une visite dimanche à Ai Weiwei», a déclaré à l'AFP Liu Xiaoyuan, un juriste engagé en faveur des droits de l'homme et ami proche de l'artiste.

«Il était en bonne santé, il n'a pas été frappé ni torturé», a ajouté l'avocat, en citant des informations obtenues de membres de la famille d'Ai Weiwei.

L'avocat a précisé que le lieu précis de la rencontre n'avait pu être localisé, mais qu'il ne s'agissait pas d'un centre de détention de la police. Les tentatives de l'AFP pour contacter lundi matin des membres de la famille d'Ai Weiwei se sont révélées infructueuses.

Ai Weiwei a été arrêté le 3 avril à Pékin alors qu'il tentait de se rendre à Hongkong, pour rejoindre ensuite l'Allemagne et d'autres pays d'Europe.

Les autorités ont ouvert une enquête pour «crime économique» et détiennent au secret cette personnalité très critique du régime. Un vaste mouvement international s'est créé pour réclamer sa libération. Celle-ci a notamment été demandée par Washington, Londres, Paris et l'Union européenne. Selon la presse allemande, la chancelière Angela Merkel est directement intervenue auprès du gouvernement chinois.

Une pétition pour sa libération a également été mise en circulation par le Musée Guggenheim de New York et signée par plus de 100?000 personnes, dont les conservateurs de plusieurs grands musées mondiaux.

A Berlin, Ai Weiwei a été élu membre de l'Académie allemande des arts il y a quelques jours. Le sculpteur britannique d'origine indienne Anish Kapoor lui a dédié son oeuvre «Leviathan», présentée au Grand Palais à Paris.

Mais Pékin a estimé que les étrangers devraient s'abstenir de faire des commentaires sur la détention de l'artiste, en appelant le monde extérieur à «respecter la souveraineté judiciaire de la Chine».

Ai Weiwei, qui a participé à la conception du célèbre «Nid d'oiseau», le stade des Jeux olympiques de Pékin en 2008, s'est souvent heurté au pouvoir chinois en le critiquant vertement ou en défendant des causes humanitaires.

© 2011 Le Temps SA. Tous droits réservés.