lundi 7 novembre 2011

BTP - Les chinois montent et les français reculent dans le classement mondial des constructeurs

Les Echos, no. 21053 - Services, lundi 7 novembre 2011, p. 29

A l'heure où s'ouvre Batimat, le rendez-vous international de la construction, le classement mondial des grands groupes de BTP vient rappeler au secteur que le poids des acteurs français au niveau mondial régresse. Outre les chinois, Coréens et Turcs montent en puissance.

Ce matin s'ouvre Porte de Versailles, à Paris, le Salon annuel de la construction, Batimat. Matériaux verts, pollution de l'air intérieur, efficacité énergétique... les grands thèmes du moment vont être abordés lors de cette 28e édition réunissant jusque samedi 2.300 exposants dont 45 % d'étrangers. Malgré la crise, les organisateurs attendent 380.000 visiteurs soit la fréquentation de 2009. Car le secteur de la construction bouge en France, avec notamment le passage à la nouvelle norme thermique basse consommation (T2012). Le paysage mondial du BTP évolue aussi. Le classement annuel des acteurs mondiaux de la construction dressé par le magazine américain « Engineering News Record » (« ENR ») avait fait sensation l'an dernier car sur la base du chiffre d'affaires 2009 exprimé en dollars, pour la première fois, le français Vinci avait perdu la première place mondiale au profit d'un groupe public chinois (China Railway Construction Corp., quatrième précédemment) suivi d'un autre chinois, Vinci se retrouvant troisième et Bouygues quatrième. Cette suprématie chinoise s'est encore renforcée dans le classement 2011, fondé sur le chiffre d'affaires 2010. Désormais, ce sont également des groupes publics chinois que l'on retrouve à la troisième et à la cinquième place mondiale, Vinci se retrouvant quatrième et Bouygues sixième... suivi à nouveau d'un acteur chinois. Et l'écart est grand, très grand, entre les deux premiers chinois, réalisant chacun plus de 70 milliards de dollars de chiffre d'affaires, et les suivants. Les chinois profitent de leur énorme marché intérieur, et de leur forte présence en Afrique où le marché du BTP croît tout comme en Asie.

2012 à surveiller

Mais les occidentaux retrouvent la suprématie quand on ne considère que le chiffre d'affaires international, réalisé hors du marché domestique. L'allemand Hochtief retrouve alors sa couronne mondiale (27 milliards de dollars), suivi de Vinci (16 milliards) et Bouygues se classe quatrième derrière l'acteur parapétrolier américain Bechtel. Le premier chinois ne se trouve qu'à 11e position.

Mais cela ne signifie pas que les acteurs chinois soient inexistants hors de Chine, au contraire : même à l'international, collectivement, ils montent en puissance. Car si chacun ne réalise que peu de contrats hors de Chine, en revanche ils sont nombreux. Selon ENR, les 225 principaux acteurs mondiaux réalisent 383 milliards de dollars de chiffre d'affaires à l'international, dont 51 groupes chinois dégageant 57 milliards. Cette nationalité, la plus représentée, est suivie de 22 américains réalisant 44 milliards et de 5 français seulement, mais pesant 40 milliards. Ils sont troisième mais « leur activité baisse, tandis que la Corée et la Turquie accroissent leur pénétration mondiale », note la Fédération nationale des travaux publics (FNTP).

Sur la partie BTP pure, c'est-à-dire hors parapétrolier et ingénierie, le classement (cette fois en euros) change mais les chinois montent toujours. « Cette année les groupes allemands sont premiers mondiaux avec 28,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires à l'international, mais ils sont suivis par les chinois, avec 26,4 milliards d'euros réalisés hors de leur marché domestique et les français se classent troisièmes avec 26 milliards », calcule la FNTP. Les chinois étaient encore troisièmes l'an dernier avec 22 milliards de chiffre d'affaires, derrière les allemands. Les français, premiers l'an dernier, ont été sérieusement rétrogradés bien qu'ils aient maintenu leur chiffre d'affaires (il était déjà de 26 milliards d'euros en 2009). Pour l'instant, tout se joue encore dans un mouchoir de poche dans un secteur où quelques gros contrats peuvent faire toute la différence. Le classement 2012 sera donc surveillé.

MYRIAM CHAUVOT



Le secteur du BTP

Les 225 principaux acteurs mondiaux du BTP (parapétrolier et ingéniérie inclus) ont réalisé 689 milliards de dollars de chiffre d'affaires domestique (+ 11 % en un an) et 384 milliards (stable) à l'international selon « Engineering News Record ». A l'international, le premier marché mondial reste l'Europe (94 milliards) mais il décline(- 6,6 %), tout comme le Moyen-Orient (- 6,6 %, à 72 milliards) et les Etats-Unis (- 6,5 %, à 33 milliards). L'Asie croit (+ 4,7 %, à 77 milliards), ainsi que l'Afrique (+ 6,7 %, à 61 milliards) et surtout l'Amérique latine (+ 25,6 %, à 34 milliards).


© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.