mercredi 2 novembre 2011

A Shanghai, la région Rhône-Alpes renforce sa base d'appui aux PME qui veulent s'implanter en Chine

Les Echos, no. 21050 - Collectivités locales, mercredi 2 novembre 2011, p. 5

La principale antenne en Chine de l'agence de développement de la région réinvestit l'ex-pavillon de Rhône-Alpes à l'Expo de Shanghai. Le soutien de cette collectivité aux PME implantées en République populaire change d'envergure.

Le pavillon de Rhône-Alpes à Shanghai reprend du service. Un an après la clôture de l'Exposition universelle 2010, le lieu a renoué officiellement vendredi avec sa mission d'origine : porter en Chine les couleurs des entreprises de la deuxième région de France, mais encore plus haut et plus longtemps. Entreprise Rhône-Alpes International (ERAI), bras armé du conseil régional, a repris le flambeau. Plus précisément, sa représentation chinoise, créée il y a vingt ans et qui concentre plus du tiers des experts et conseillers (une centaine) de cette structure d'aide au développement extra-hexagonal des PME implantée dans 25 pays.

Les 20 collaborateurs du bureau d'ERAI à Shanghai, « véritable "task-force" de notre présence en Chine », selon Jean-Jack Queyranne, le président PS du conseil régional, occupent déjà deux étages de l'ancien pavillon, réaménagé sur 3.257 m2 et rebaptisé « Espace Rhône-Alpes ». ERAI Chine a signé un bail de dix ans renouvelable avec la ville de Shanghai, propriétaire de l'édifice. Montant du loyer : 75.000 euros par mois. « C'est 30 % moins cher qu'à Lyon Confluence », fait observer Daniel Gouffé, le président d'ERAI, confiant sur les capacités de son antenne chinoise à honorer ses échéances.

Un incubateur appelé Implantis

D'après lui, Espace Rhône-Alpes générera un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros l'an prochain. Plus spacieux, les nouveaux locaux d'ERAI Chine lui permettront de développer ses services aux entreprises dont elle tire 80 % de ses ressources. Cette structure recrute et emploie sous contrat de travail chinois les chargés d'affaires qu'elle met à disposition des PME dans son incubateur, le tout moyennant rétribution. Ce dispositif, baptisé Implantis, leur fait bénéficier à moindres frais d'une plate-forme commerciale à l'export. ERAI Chine a réalisé plus de 1.200 prestations de ce type auprès de 800 sociétés. « Près de 40 % des entreprises rhône-alpines implantées en Chine le sont grâce à ERAI », indique Jean-Jack Queyranne.

Vingt-cinq ans de jumelage

Ce score ne devrait pas faiblir. La croissance économique de la Chine, en dépit d'un léger retrait attendu cette année (9,4 % contre 10,4 % en 2010), reste exceptionnelle. Jumelée avec Shanghai depuis vingt-cinq ans, la région Rhône-Alpes a su développer des actions de coopération impliquant ses secteurs d'excellence (biotechnologies et santé, développement durable, gastronomie, tourisme...) via notamment ses nombreux clusters et pôles de compétitivité.

Le site se veut aussi une vitrine des savoir-faire rhône-alpins. Il se prépare à accueillir un espace de vente des produits régionaux et innovants, doublé d'un espace de dégustation, notamment des vins. L'école de l'institut Paul Bocuse, logée au dernier étage, donne déjà un avant-goût de cette politique de promotion. Cet établissement vient de fournir une première promotion de 120 jeunes Français et de jeunes Chinois. Les responsables d'ERAI Chine tablent sur une participation financière des autorités chinoises, mais sans certitude. De même, ils n'excluent pas de mettre à contribution l'institut Bocuse dont le restaurant, attenant à l'école, n'a pas désempli durant l'Expo. Il doit profiter de la mutation déjà à l'oeuvre de tout ce secteur du « Bund » qui se prépare à abriter des équipements culturels majeurs et à voir surgir les tours de bureaux et bientôt des milliers de cols blancs.

JOËL COSSARDEAUX

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.