mercredi 29 avril 2015

LIVRE DU MOIS - Le défi chinois - Jean-Yves Carfantan

La Chine veut être maîtresse de son approvisionnement en ressources alimentaires, énergétiques et matières premières. Elle anticipe les pénuries futures et cherche dès maintenant à s’en prémunir. Elle assure elle-même, grâce à d’énormes investissements, l’installation, le fonctionnement, le développement, les infrastructures nécessaires à la production des ressources naturelles de toute sorte, contre leur importation directe dans la République populaire. Elle participe ainsi très activement au développement de nombre de pays ou de régions qui seraient, sans cela, inexploités.


Cependant ce nouveau type de coopération, par son étendue et son volume, pèse sur l’équilibre des marchés et suscite craintes et angoisses dans le reste du monde. D’autant que l’offensive économique et diplomatique de Pékin prend un tour toujours plus politique et militaire. La perspective de l’épuisement physique des matières premières poussant chaque nation au nationalisme économique, la tension s’accroît. Or, la Chine tient une part trop importante dans l’économie mondiale pour qu’on la laisse décider seule ? et imposer son propre modèle économique international au reste du monde.

Economiste, Jean-Yves Carfantan est associé d'un bureau d'études brésilien et spécialisé dans le suivi des marchés de ressources naturelles.

Jean-Yves Carfantan, éditions du Seuil, 280 pages, 20 euros

Site Internet : Éditions du Seuil




Valeurs Actuelles, no. 4037 - Jeudi 10 avril 2014, p. 36
En assurant ses ressources alimentaires, énergétiques et en matières premières, la Chine veut se prémunir de pénuries futures. Jean-Yves Carfantan, économiste de formation, signe ici un livre profond et lucide sur les multiples facettes de la stratégie offensive unilatérale chinoise en observant l'ensemble des régions du monde où celle-ci se déploie. En s'implantant sur tous les continents, les firmes chinoises propagent une culture, imposent une conception du travail, une organisation sociale et une vision du monde. Certes, l'empire du Milieu aide au développement de certains pays. Mais l'offensive économique qu'il conduit s'accompagne trop souvent d'un discours politique et militaire.


EXTRAIT :
« La Chine est le seul État qui mette en oeuvre une stratégie explicite visant à garantir son approvisionnement présent et futur. »


Le Figaro Magazine, no. 21649 - IDÉESMAG, vendredi 14 mars 2014, p. 81
La Chine a un appétit d'ogre : ressources alimentaires, énergie, matières premières agricoles... Jour après jour, de façon frénétique, elle engloutit une part croissante des réserves naturelles mondiales, au risque de créer une pénurie qui, tôt ou tard, sera source de problèmes diplomatiques et politiques. Et les premiers à s'en préoccuper sont les Chinois eux-mêmes. « La guerre pour l'accès aux ressources naturelles n'est plus aujourd'hui une perspective impensable », explique l'économiste Jean-Yves Carfantan, qui détaille la stratégie offensive de la Chine à travers le monde, de l'Amérique latine à l'Afrique en passant par l'Asie centrale, dans le but de sécuriser ses approvisionnements. Peur malthusienne du manque, retour en force du nationalisme économique... Et si le réveil de la Chine devait mettre un jour le feu aux poudres ?


EXTRAIT :
« La stratégie planifiée que conduit la Chine pour garantir son approvisionnement actuel et futur en ressources naturelles peut générer de dangereux conflits entre les Etats, entretenir et accentuer des rivalités existantes, faire glisser le monde dans une instabilité politique croissante. »


Les Echos, no. 21641 - Idées & Débats, jeudi 6 mars 2014, p. 12
Alors que se tient à Pékin la réunion annuelle de l'Assemblée populaire, qui fixe les grandes lignes de la politique économique, un autre scénario focalisé sur le long terme et à l'échelle du monde, se joue dans les coulisses du pouvoir chinois depuis plusieurs années. La Chine anticipe des pénuries à venir et bâtit sa stratégie pour pouvoir s'en protéger. A force d'investissements, souvent colossaux, elle renforce sa présence en Australie (minerais), au Brésil (soja) et quadrille l'Afrique aussi bien pour le pétrole que les terres arables ou les produits agricoles. Partout, la Chine ajuste sa propre lecture du monde à ses intérêts. Cette démarche ciselée n'est pas dénuée de prolongements politiques. L'art de la guerre appliqué aux matières premières en quelque sorte.