vendredi 1 mai 2015

LIVRE DU MOIS - MacArthur - François Kersaudy (Éd. Perrin)

Le nouveau titre de la collection à succès "Maîtres de guerre" : la première biographie du général MacArthur, le plus excentrique des officiers américains, par l'un des historiens français les plus connus.


Pages : 400
Prix : 24 euros
Site Internet : Éditions Perrin

MacArthur - François Kersaudy

« Fils, comment trouves-tu le Jap ? » C'est la première question que pose un grand type, droit sous les balles, à un marine médusé sur la plage de l'île de Leyte, aux Philippines. Enorme et ridicule pipe de maïs aux lèvres, Ray-Ban vissées sous la casquette étoilée, amateur légendaire du feu ennemi, le général Douglas MacArthur est revenu. Nous sommes fin octobre 1944 et l'« enfant terrible de l'US Army », selon le titre de la biographie richement illustrée que lui consacre l'historien François Kersaudy, a tenu sa promesse. C'est de là que deux ans plus tôt, assiégé par les Japonais lors de leur foudroyante offensive dans le Pacifique, il avait dû fuir vers l'Australie en lançant le fameux « Je reviendrai ».

Douglas MacArthur s'était fixé un cap : être digne de son père, héros des armées nordistes et des guerres indiennes, devenu l'un des militaires les plus gradés des Etats-Unis. Il fera mieux. Né en 1880, major de West Point, sportif émérite, excentrique et extravagant, il conquiert la gloire en 1918 durant le premier conflit mondial, qu'il achève plus jeune général de l'armée américaine. Sa témérité a sidéré ses chefs : à la tête de ses hommes, il nettoie les tranchées ennemies armé d'une simple badine, le cou ceint d'une écharpe rose, longue de 2 mètres, tricotée par sa mère. A partir de 1945, les faits sont plus connus. Il mène l'occupation du Japon puis assumera le commandement en chef des armées alliées en Corée en 1950. Il meurt, dans son lit, en 1964.