lundi 1 mars 2010

PORTRAIT - Badiou, la star de la philo est-il un salaud ? - Eric Conan

Marianne, no. 671 - Événement, samedi, 27 février 2010, p. 18

A 73 ans, ce maoïste non reconverti est devenu un personnage public. Il doit sa notoriété à un pamphlet contre Sarkozy. Encensé par l'extrême gauche, ce philosophe ne cache pourtant pas sa haine de la démocratie. Mais qui a enquêté sur M. Badiou ? Il a accepté de rencontrer " Marianne ", qu'il traite de " poubelle républicaine ". Portrait.

On sait bien que l'époque est favorable aux provocateurs et aux célébrités fulgurantes, mais il y a tout de même un mystère Badiou : pourquoi cela marche-t-il ? Qui connaissait ce professeur honoraire de Normale sup de 73 ans il y a seulement trois ans ? La plupart des gazettes le présentent aujourd'hui comme le grand intellectuel engagé, penseur de la radicalité radicale. Ce n'est pourtant pas un jeune premier éblouissant, mais plutôt un vieux perdant dont l'originalité consiste à défendre tout ce qui a échoué, de préférence dans le sang. Stalinisme, maoïsme, génocide cambodgien..., il assume tout. Il exècre la démocratie et les droits de l'homme. Son créneau - le kitch tragique - semble porteur, mais il serait injuste d'y voir de l'opportunisme. Cet exotisme relève chez lui de la fidélité : Alain Badiou est un fossile des années 60-70. Tous les maoïstes de l'époque ont répudié leur jeunesse folle et beaucoup en font commerce. Lui maintient tout. Il reste le dernier. C'est d'ailleurs l'une des constantes de sa biographie : il a toujours été en retard, en décalage. Mais c'est la première fois qu'il en profite.

Cela ressemble à une revanche. On l'entend aujourd'hui parce que tous les maîtres penseurs de son époque sont partis, Sartre, Foucault, Lacan, Deleuze, Derrida, Bourdieu. Lorsque ceux-là régnaient, il restait, lui, dans l'ombre. Pas par manque de talent ou d'intelligence. C'était un premier de la classe : major à Normale sup, major à l'agrégation. L'Inspection générale de l'Education nationale choisit d'ailleurs ce jeune surdoué pour présenter les grands philosophes à la télévision scolaire. Beau début de carrière pour un " héritier " : maman est prof de philo, et papa, normalien, prof de maths et ancien résistant, fut maire socialiste (SFIO) de Toulouse de 1944 à 1958. Avec un bras assez long pour pistonner son fils et lui éviter le service militaire dans l'infanterie : Alain Badiou verra la fin de la guerre d'Algérie en jouant du piccolo dans la fanfare d'un régiment de l'armée de l'air près de Bordeaux.

A l'époque, il suit papa, qui quitte la SFIO pour le Parti socialiste autonome (PSA) puis unifié (PSU), mais son ambition se porte d'abord vers la littérature, comme Sartre - son " maître absolu " - dans les années 30. Il commence par des romans de facture classique. Des bides, l'heure est déjà au " tout-politique ". Il ne rattrape pas son retard et rate Mai 68 à Paris : il est prof à Reims et secrétaire fédéral de la Marne du PSU. Il refuse pourtant d'être candidat aux législatives de juin 1968. " C'est à partir de ce moment que je suis contre le processus électoral. C'est la dernière fois de ma vie que j'ai voté. " Installé à Paris, en février 1969, il comprend qu'il y a mieux que le PSU. Mais plutôt que de rejoindre ses grands frères de Normale qui se bousculent au sein de la Gauche prolétarienne (GP), il préfère créer sa petite structure à lui : l'Union des communistes de France marxiste-léniniste (UCFML). Tout en poursuivant sa carrière là où il faut être, à Vincennes, cette université toute neuve où Edgar Faure, le ministre de l'Education post-68 de De Gaulle, a habilement parqué hors de Paris l'élite du gauchisme universitaire. Alain Badiou s'y distingue en annonçant qu'il donnera leurs examens à ceux " qui ne sont jamais venus en cours et qui ont ainsi montré par leur absence leur détachement louable des choses de ce monde ". Le même se lamentera trente ans plus tard devant un collègue sur la " baisse tragique du niveau des élèves de Normale ". " Contradiction apparente ! nous explique-t-il aujourd'hui. L'époque avait un caractère d'exception formidable et Vincennes était alors un bastion politique pour la révolution. "

Révolution que l'UCFML de Badiou prend au sérieux. " Tout le décorum de la clandestinité était là : les pseudos, les rendez-vous secondaires, se souvient Eric Auzoux, alias " Bob ", aujourd'hui traducteur. On était organisé en régions, et les chefs, le "Centre", nom qu'ils s'étaient attribué, n'apparaissaient pas en public, en particulier pas Badiou, le centre du centre, raisons de sécurité. Pour la région Nanterre, seule implantation étudiante en Ile-de-France, avec une dizaine de militants, "l'action de masses" était dirigée vers le foyer Sonacotra, pour organiser le "prolétariat international" ; ça a rarement dépassé le stade du café ou de l'écoute passive ; la seule fois où on manifesta de l'intérêt pour nous fut quand le gardien du foyer a lâché son berger allemand sur l'un d'entre nous. A la fac, on prônait la surenchère maximaliste et la grève des examens, ce qui nous valait quelques succès de claque en AG. Là non plus nous ne recrutions pas, mais rien que de normal puisque, comme l'assenait le centre, nous en étions à l'étape du ?noyau. " Ce n'est que bien plus tard qu'Eric Auzoux rencontre Badiou. " Mon cadre de région me refusait des vacances : cela devait être tranché au sommet. Le rendez-vous était fixé dans un café de Montparnasse. "Bonjour, Bob !" m'a dit Badiou, avec sa veste en cuir d'apparatchik géorgien, et ce qui voulait sans doute être un sourire. J'ai le souvenir d'avoir passé une sorte d'oral muet. Lui, très grand chef, et moi, petit militant honoré d'être reconnu. J'ai donc eu droit à mes congés et ai été nommé cadre peu après, chargé des relations avec le groupe Foudre. "

C'est par ce " groupe Foudre d'intervention marxiste-léniniste dans l'art et la culture " que l'UCFML a laissé le plus de traces dans les mémoires. " Nous devions pourrir les spectacles qui n'étaient pas dans la ligne juste, se souvient l'un de ses animateurs, Bernard Sichère, aujourd'hui philosophe spécialiste d'Aristote. On allait expliquer dans son théâtre à Ariane Mnouchkine qu'elle n'avait pas le bon point de vue de classe. On perturbait aussi dans les salles les projections de Portier de nuit ou des Chinois à Paris, le film de Jean Yanne. Dans les cinémas du Quartier latin, on ne risquait pas de rencontrer les masses, seulement j'ai fini par comprendre que ce n'était pas l'objectif. Déjà, pour Badiou, l'important n'était pas le nombre, mais le noyau dur suivant la ligne juste, ce qui permettait d'exclure les massistes, les spontanéistes. " Et de préférer aux sorties d'usine le velours rouge d'un salon du Lutétia, le luxueux palace du VIe arrondissement, pour tenir un " meeting du prolétariat international ". " Je m'en suis quand même étonné auprès de Badiou, se souvient Bernard Sichère. Il m'a répondu : "La révolution est partout chez elle !" "

Avec ce prosélytisme, l'UCFML n'a guère dépassé les 500 militants à son apogée et n'a récupéré que peu des maos dépités par la dissolution de la GP en 1973. Le seul lien fut Kostas Mavrakis, ex-GP qui dirigeait Théorie et politique, revue ultra-" théoriciste " où il publiait Badiou : " Malgré mon amitié pour lui, je n'ai jamais eu l'idée d'intégrer l'UCFML, trop sectaire. Ils n'avaient aucun lien avec le monde ouvrier. Aucun établi. Ils étaient surtout hostiles aux syndicalistes, les taxant de révisionnisme, vendus à la bourgeoisie, alors qu'à la GP on estimait qu'il fallait encourager la combativité ouvrière, même sur des revendications réformistes, afin de la renforcer pour plus tard. "

L'un des rares faits d'armes de l'UCFML, l'attaque nocturne de la succursale Mercedes, avenue de la Grande-Armée, à Paris, en riposte à la mort des suites d'une grève de la faim d'un membre de la bande à Baader, était une initiative de jeunes militants et sympathisants. " Nous avions simplement cassé les vitrines, mais d'autres, passés derrière nous, ont mis le feu ! se souvient l'un des responsables du commando. A suivi un théâtral mouvement de panique de Badiou et notre mise au vert dans un appartement du XVIe arrondissement. " Car le grand théoricien de la violence révolutionnaire la goûte peu lui-même. " Badiou et le "Centre" apparaissaient rarement dans les actions militantes ou les manifs non autorisées, remarque Bernard Sichère. Pour les rares opérations auprès des ouvriers, qui se terminaient souvent par des affrontements avec les syndicats, ils envoyaient des militants faibles ou novices, comme lors de cette tragique virée au Mans où des malabars de la CGT nous ont sérieusement tabassés et coursés jusque sur l'autoroute. "

Maître pervers

" Pure calomnie d'ex ! répond aujourd'hui Alain Badiou. Il y a eu simplement erreur dans la constitution de l'équipe. On aurait dû envoyer au Mans des camarades plus expérimentés. " Mais il n'y en avait pas tant que cela, des camarades. " Et je crois aussi qu'ils envoyaient au carton ceux qu'ils voulaient brimer, estime Eric Auzoux, qui est arrivé dans le groupe Foudre en pleine affaire François Balmès. Un prof de philo, fragile, épuisé par le rythme que lui imposait le "Centre". Il a craqué, on a su après qu'il avait été interné, mais, à l'époque, quand on a demandé de ses nouvelles, on n'a eu droit qu'à cette réponse de Badiou, typique du jargon UCFML : "Le camarade traverse une période subjective difficile." "

" Il y avait une hiérarchie de fer entre le "Centre", les cadres et les militants, hiérarchie qui correspondait aux diplômes universitaires, explique un ancien cadre. Le "Centre", c'était quatre profs, Alain Badiou, Natacha Michel, Sylvain Lazarus et Catherine Quiminal, qui rédigeaient les tracts. Badiou était le maître qui aime donner des notes, des instructions. On passait notre temps à faire des bilans, toujours positifs, alors qu'on changeait en permanence de mots d'ordre. Mais on avait toujours raison, aucun événement ne nous mettait en tort. Notre stratégie facilitait cette certitude de secte : il fallait rester autonome et ne jamais s'allier aux autres sur une action. "

Toutefois, le génocide cambodgien et la mort de Mao accélèrent l'érosion des militants. " Leurs comportements humains dans l'épisode Balmès avaient commencé à m'ouvrir les yeux, se souvient Eric Auzoux, mais leur silence après la mort de Mao et la chute de la bande des quatre fut un choc : Badiou nous avait dit que la ligne de nos héros était soutenue par les masses, mais personne ne s'était soulevé pour les défendre et le "Centre" fut soudain muet, impuissant face à un événement qu'il était incapable d'analyser. " Michel Schneider, aujourd'hui psychanalyste et écrivain, était depuis 1972 l'énarque de l'UCFML. Il a rompu en 1976 : " J'ai ouvert les yeux à cause du fonctionnement quotidien de l'organisation et non de ce que l'on pouvait déjà savoir de la mascarade de sang et de mort de la Révolution culturelle. Car rien, même pas Simon Leys, ne passait la barrière de la croyance. J'ai réalisé qu'en fait de servir le peuple je servais un maître pervers. Badiou n'a pas de sang sur les mains parce qu'il n'a jamais eu le pouvoir, mais le désir d'extermination était là. "

Le pire justifié au nom du nouveau

L'UCFML continuera jusqu'en 1984, se réduisant à un noyau dur de plus en plus restreint autour de Badiou, qui publie alors ses textes les plus tragi-comiques. En 1979, quand les Vietnamiens occupent le Cambodge après le génocide des Khmers rouges, il dénonce un " acte de barbarie militariste " et une " violation des peuples à exister, du droit des nations à voir leurs frontières garanties ". Il n'avait pas hésité à justifier les massacres de la Révolution culturelle et, après ceux de Pol Pot, on ne relit pas sans stupéfaction sa Théorie de la contradiction, publiée en 1975, qui justifie le pire au nom du nouveau : " La résolution d'une contradiction exige que quelque chose disparaisse ", " La dialectique matérialiste affronte la perte et la disparition sans retour. Il y a des nouveautés radicales parce qu'il y a des cadavres qu'aucune trompette du Jugement ne viendra jamais réveiller ". Plus de trente ans après, Badiou - qui n'a toujours pas mis les pieds en Chine - n'en démord pas, et ses propos fantaisistes sur la Révolution culturelle trahissent son rapport autiste avec le réel : il continue d'affirmer que Mao s'est battu contre la bureaucratie du Parti en lançant un " appel aux mouvements spontanés des masses ", quand trois décennies de travaux historiques ont établi qu'il s'agissait d'une lutte au sommet, Mao cherchant à reprendre un pouvoir total qui lui avait échappé.

" Je suis parti après le Cambodge, quand j'ai compris que notre petit groupe clos ne discutait jamais de la réalité. Même le débat réclamé sur Staline était toujours différé, raconte Bernard Sichère. Mais, chaque fois que quelqu'un partait de lui-même, Badiou gardait la maîtrise de l'événement en l'excluant ! " Procédé invariable qu'a connu Michel Schneider : " Je suis passé en procès devant le "Centre". Il y avait Badiou, Natacha Michel, Sylvain Lazarus. Badiou m'a dit : "On ne démissionne pas d'une organisation révolutionnaire. On n'en sort que par la mort ou l'exclusion !" C'est la littérature qui m'a sauvé : j'avais été pris en train de lire Proust en cachette. Ecrivain décadent !?Pourriture bourgeoise ! La Recherche du temps perdu m'a permis de quitter le Petit Livre rouge. "

Marie-Claire Boons n'est pas partie, mais elle attend toujours le débat promis par le " Centre " sur le rapport qu'elle lui avait envoyé à l'époque à propos du machisme dans l'UCFML, qui était le groupe maoïste le plus mixte. " Vous n'avez aucune idée de ce que j'ai pu souffrir d'être une des femmes du chef ", raconte cette psychanalyste dont la déconcertante franchise témoigne de la servitude volontaire qui régnait dans le groupuscule d'Alain Badiou. Une microsociété au centre de laquelle se trouvait la polygamie assumée de Badiou, hier comme aujourd'hui : " Oui, j'ai toujours fait coexister différents rapports avec différentes femmes. Mais moi, je ne le cache pas ! " Marie-Claire Boons était l'égérie de la grande bourgeoisie. C'est dans son bel appartement des quais de l'île Saint-Louis qu'avaient lieu bien des réunions, et notamment en 1972, celle qui rassembla au sommet Philippe Sollers et Alain Badiou pour discuter de la fusion de leurs deux bandes maoïstes, le groupe Tel Quel et l'UCFML, en une nouvelle structure, " Alliance ". Bernard Sichère était encore aux premières loges : " J'étais l'intermédiaire de ce projet, car j'écrivais dans Tel Quel. Ce fut une confrontation entre deux ego monumentaux. Badiou citait le camarade Staline, Sollers, La Fontaine. C'est Sollers qui a reculé, peut-être jaloux du phallocratisme organisé de Badiou. " Marie-Claire Boons a une autre explication : " Sollers a senti que Badiou était quelqu'un de plus fort que lui. "

Une autre divergence importante séparait les deux tribus : la question du désir en politique. L'UCFML s'opposait aux " gauchistes désirants " et à leur maître, Gilles Deleuze, Badiou raillant les " barbus deleuziens avec leur gras désir en bandoulière ". Ligne dont il n'a pas dévié aujourd'hui : " Ils croyaient que le désir était subversif et déboucherait sur la révolution. Mais non ! Nous avions raison : on voit bien que l'individu qui s'épuise dans l'hédonisme est tout à fait homogène au monde capitaliste. " Ce puritanisme n'était qu'idéologique et n'empêchait pas Badiou de régner en gourou sur des militants et militantes fascinés. " Les membres non cadres, dont j'étais, étaient interdits de sexualité dans le parti, raconte Michel Schneider. Il fallait baiser des trotskistes ou des spontanéistes. La sexualité était le monopole du maître pervers. Par crainte de perdre l'amour du chef, les femmes sombraient dans le masochisme et les hommes s'autocastraient pour se soumettre au mâle dominant de notre horde primitive, comme disait Freud. "

Ambiance de secte dont témoigne le destin choisi de Marie-Claire Boons, entre fidélité, asservissement et lucidité : " J'ai vécu, en France et dans une organisation de 300 personnes, des phénomènes de terreur comparable à ce qui s'est passé en URSS : la possibilité d'écraser quelqu'un, la mort en moins. Moi, je souffrais doublement, à la fois d'un machisme terrible et de mes origines bourgeoises. " Mais Marie-Claire Boons est restée. " Avec Alain, j'avais découvert en même temps la politique et l'érotisme, tout un monde que j'ignorais. J'ai donc partagé et accepté que le maître ait droit à tout dans une organisation qui se disait pourtant révolutionnaire. "

Encore une contradiction qui n'effraie pas Alain Badiou : " Tous les collectifs produisent de la souffrance, et figurez-vous que c'est là un problème essentiel qui me préoccupe depuis longtemps : la question du charisme, ou de ce que certains appellent le culte de la personnalité, qu'il faut mettre au bilan de la séquence d'émancipation antérieure. Mais je ne suis pas sûr que l'on puisse s'en passer : l'idée doit avoir un minimum de visibilité et, depuis le christianisme, cela est toujours passé par un corps. Problème symétrique de celui de la terreur puisque celui qui incarne l'idée a toujours peur qu'un autre se lève pour mettre en cause la représentation. "

Communisme intégral, violence acceptée

Mais personne ne s'est jamais levé contre Badiou, qui a transformé en 1985 l'UCFML en une mystérieuse et plus confidentielle " Organisation politique " (OP), qui n'a jamais dépassé les 200 membres, mais toujours dirigée par le noyau professoral, Alain Badiou, Natacha Michel, Sylvain Lazarus. Marie-Claire Boons, elle, a suivi, toujours fidèle, tout en doutant de certains mots d'ordre d'une ligne qui reste la même. Communisme intégral. Acceptation de la violence. " Cela reste problématique chez Alain ". Abolition de la propriété privée. " Ça, je ne suis pas complètement sûre que ce soit une idée juste, mais Alain le pense ", ajoute-t-elle, perplexe et rêveuse, devant ses grandes fenêtres qui laissent voir la Seine couler. Lui plaisait mieux l'activité militante quasi unique de l'Organisation politique : le soutien des sans-papiers, rebaptisés " classe ouvrière internationale de France ". Le " nouvel opérateur politique ", nous explique gentiment Alain Badiou. Car l'ancien, le " prolétariat industriel français ", n'est plus, selon lui, porteur de " subjectivité politique " : " Il est difficile de leur trouver un nouveau souffle, si vous voulez. Ces ouvriers français ne sont plus capables que d'indignation, ils se crispent sur la défense des acquis sociaux. Ils sont conservateurs en défendant le cadre national existant attaché au passé. " Tandis que les sans-papiers " sont tournés vers l'avenir " : " Ils savent qu'ils incarnent l'idée nouvelle du prolétariat mondial parce que eux sont des acteurs homogènes au stade actuel de la mondialisation. " Cela fait peut-être une base un peu étroite pour le Grand Soir ? " Le juste n'est pas une question de dimension, répond Alain Badiou. Il faut travailler avec ce nouveau prolétariat encore insaisissable, cela prendra du temps et l'important ne se produira pas forcément sur le sol d'une Europe sur le déclin. "

Concrètement, l'OP organisait des réunions parisiennes les samedis après-midi, avec des collectifs de sans-papiers et des manifestations, souvent contre la CGT, l'éternelle ennemie réformiste. " Nous la dénoncions parce qu'elle réclamait la régularisation des sans-papiers qui avaient du travail, alors que nous demandions la régularisation de tous, explique un ancien membre de l'OP. Cela ne débouchait sur rien de précis, et régnaient toujours les mêmes méthodes : on faisait parler quelques Maliens qui récitaient leur leçon, mais aucun débat n'était possible. Je me souviens d'une fois où un militant a évoqué la possibilité d'étendre nos actions aux jeunes de banlieue. Il s'est fait rembarrer par Sylvain Lazarus, qui lui a dit qu'il ne comprenait rien, que ces jeunes prolétaires étaient corrompus par l'argent et le désir de jouissance. "

L'OP est si confidentielle que personne ou presque ne sait que son chef l'a abandonnée il y a trois ans, mettant fin à plus de trente ans de complicité militante avec Sylvain Lazarus, infatigable organisateur de cette mystérieuse organisation qui fuyait et méprisait les médias. " La séquence de l'OP est terminée, nous confirme Alain Badiou. Sa fonction était la critique du PC et de la gauche. " Cela date un peu ? " Oui, mais une vraie conclusion doit parfois traverser une longue période de saturation ", répond Badiou. Sylvain Lazarus, qui vit mal cette trahison et prépare une explication publique, ne s'autorise qu'une courtoise condamnation de son ex-compagnon, qu'il ne voit plus : " Il n'est plus confronté aux situations actuelles, et son discours n'est plus adossé à une expérience militante personnelle. " Alain Badiou, qui admet que son ex-camarade vit une " situation difficile ", reste froidement optimiste : " Il reconnaîtra la nécessité de cette extinction qu'il n'accepte pas, car il est encore dans la doctrine d'un maintien. " Une fois encore, Marie-Claire Boons est plus compréhensive. " Alain m'a dit qu'il fallait passer à un nouveau stade du militantisme, en allant dans les médias, et qu'il avait décidé de n'en refuser aucun. " La preuve ? Il accepte de recevoir Marianne, qu'il qualifie pourtant de " poubelle républicaine ".

Ce n'est pas qu'un spectacle...

Alain Badiou est passé au stade du militantisme médiatique après le succès de De quoi Sarkozy est-il le nom ? (Lignes), petit pamphlet repris de son cours à Normale sup. Il fait ce qu'il veut dans ce cours théoriquement consacré à Platon, où il traitait dernièrement d'Haïti. " Oui, j'ai souvent des interventions latérales, c'est l'honneur de Normale depuis Lacan ! Alors, quand j'ai vu en 2007 les élèves soucieux et perplexes après l'élection de Sarkozy, j'en ai parlé ! " De la haute philosophie... Attaque sur le physique, mépris social : Sarkozy est décrit en " nabot ", en " comptable bourré de tics ", " avec un look de cadre moyen d'une banque de seconde zone ", et les sarkozystes qualifiés de " rats ". Le gouvernement relève d'un " pétainisme transcendantal " et Badiou, compréhensif pour Pol Pot, dénonce une " barbarie sarkozyenne " : " Les moyens techniques du contrôle des populations sont aujourd'hui tels que Staline, avec ses fichiers manuscrits interminables, ses fusillades de masse, ses espions à chapeau, ses gigantesques camps pouilleux et ses tortures bestiales, apparaît comme un amateur d'un autre âge. "

En tout cas, cela marche fort : plus de 60 000 exemplaires, alors qu'en quarante ans les ventes de ses livres ont toujours oscillé entre 2 000 et 6 000 exemplaires. Badiou, c'est du brutal, et les médias, qui adorent ce genre de personnage, l'installent vite entre Loana, Tariq Ramadan et Claude Allègre. Il joue le jeu à merveille, ne se forçant guère quand il ose toutes les horreurs qui le font remarquer dans une époque fade qui a abandonné les idéologies hard pour communier dans les droits de l'homme. Mao ? " Un personnage accessible, souriant. On se moquait même de son goût pour les plaisanteries " ; son Petit Livre rouge " est le meilleur livre de cuisine politique qui existe ". Les 70 millions de morts qu'on lui attribue ? " Cela en fait indubitablement le plus grand serial killer de l'histoire ! " Ah, on se marre avec Badiou ! Mais ce n'est pas qu'un spectacle. Car il y croit, et l'on ne le prend peut-être pas assez au sérieux.

Cela devient pourtant rare, un intellectuel affirmant qu'" il faut avoir le courage de ne pas être démocrate " : " La démocratie est un outil propagande du capitalisme. Je pense que la loi du nombre est absurde. " Comme Maurras ? " Oui, mais lui la refusait pour des raisons de droite. Les meilleures règles pour satisfaire les besoins du collectif, tout comme les vérités scientifiques, ne peuvent sortir du jeu démocratique. " Non, ça, c'est, selon lui, le rôle du savant politique, de l'intellectuel : " Le mouvement ouvrier inclut en son sein ceux qui ont des idées communistes, ceux qui savent dégager la vérité du collectif, la vérité de ce dont il est réellement capable. "

Il ne blague pas non plus sur les crimes dudit communisme : " Les tenants de la démocratie et du capitalisme ne peuvent être juges du négatif des séquences de l'émancipation. Nous choisissons nos juges ! Nous commençons par rappeler que le capitalisme est génocidaire. Ceux qui veulent éviter a priori la terreur font de la figuration dans l'ordre établi. " Alors, comme des lapins éblouis par son irradiante lumière radicale, journalistes et animateurs se pâment depuis trois ans devant le phénomène. Sur France 3, Frédéric Taddeï invite plusieurs fois ce " maître à penser ", selon lui " le dernier penseur radical français ". Rue 89 parle d'un " mandarin réputé pour sa capacité à synthétiser l'histoire des idées " qui " a bâti un univers conceptuel cohérent, mélange néoplatonicien et marxiste pur et dur ". Même BFM s'y met, tout comme le Parisien, qui consacre une pleine page à " l'un des dirigeants du mouvement maoïste français ".

Adulé... et détesté

De quoi rendre inutile la petite troupe des jeunes disciples de Badiou qui célèbrent leur maître comme on savait le faire sous Ceausescu. Slavoj Zizek, qui vante " la force incomparable de la pensée de Badiou qui surpasse de loin tout ce qui s'est publié en France ces dernières années ". Mehdi Belhaj Kacem qui affirme qu'" Hegel n'est qu'une parenthèse, grandiose, mais une parenthèse, entre Kant et Badiou ". Ou Fabien Tarby, auteur d'entretiens avec le maître (la Philosophie et l'événement, Germina) pour qui " Badiou est le nom, dans l'histoire de la philosophie, d'une synthèse nouvelle entre la lucidité rigoureuse du matérialisme et l'invincible espérance de l'idéalisme ", évidemment rehaussée par " le soufre d'un engagement qui aurait commis le crime de ne pas condamner les crimes de Mao ". Mais Badiou sait qu'il n'est jamais aussi bien servi que par lui-même : " Je suis sans aucun doute le philosophe français vivant le plus traduit, lu et commenté dans le monde. "

Quand elle ne fait pas rire, cette complaisance médiatique peut agacer. Ce fut le cas de Jean-Marie Brohm, ancien trotskiste et impeccable sociologue de gauche. Stupéfié par cette " justification politique de l'infamie ", il rédige avec un collègue un texte rappelant les écrits de Badiou sur le Cambodge, qu'il envoie au Monde. " Le journal nous a fait lanterner deux mois avant que l'on découvre que Nicolas Truong, le responsable des tribunes du Monde écrivait un livre avec Badiou ! Cela ne nous a pas amusés de la publier finalement dans le Figaro, mais c'est parce qu'à notre grande surprise Libération nous l'a aussi refusé ! "

Rien de surprenant, Libération est la plus belle prise médiatique de Badiou. Le quotidien lui a consacré plusieurs pages comme " invité spécial ", son directeur, Laurent Joffrin, justifiant ce statut par le fait que " Nicolas Sarkozy a trois adversaires en France, Martine Aubry, Bernard Thibault et Alain Badiou ". L'" invité spécial " explique aux lecteurs de Libération qu'il ne faut pas " juger les expériences communistes selon les deux critères de l'efficacité économique et des libertés publiques, car ce sont justement les critères de jugement du monde occidental ". Et répète que " l'action militante ne doit pas jouer le jeu électoral ", sa préférence étant que " Sarkozy soit chassé par la rue ". " Avez-vous un programme concret ? " s'inquiète tout de même Laurent Joffrin. " Tout cela sera élaboré en situation, non comme programme abstrait ", répond, dans le journal d'Edouard de Rothschild, Alain Badiou, qui s'en moquait quelques années auparavant, expliquant qu'" un journal qui appartient à un riche manager n'a pas à être lu par quelqu'un qui n'est ni riche ni manager ". C'était à l'époque où il dénonçait la " puissance de déraison et d'ignorance tout à fait spectaculaire " de la " baraque médiatique ".

A l'égal des grands

Mais, depuis, il a compris que le spectacle télévisé, c'est la réalité, et il applique, avec trente ans de retard sur lui, les méthodes de Bernard-Henri Lévy. Développer un réseau avec un correspondant dans tous les médias. Fixer ses règles : Badiou refuse les débats et, à l'antenne, exige un minimum de vingt minutes de parole. Elargir son public, ce qu'il vient de faire habilement avec un petit livre, Eloge de l'amour (Flammarion), manière de dire par un sophisme que le collectif est supérieur à l'individu et que " le communisme commence à deux ".

Pour le reste, Alain Badiou, comme Bernard-Henri Lévy, profite surtout de l'absence de contradicteurs véritables. A quelques exceptions près, les universitaires estiment que lui répliquer relèverait du ridicule ou de la perte de temps, et servirait plutôt ses provocations. Le démontage le plus exhaustif et le plus ravageur de son oeuvre a été fait par Séverine Denieul dans un long article - " Les habits neufs d'Alain Badiou " - de l'Autre Côté, une revue d'inspiration postsituationniste qui maintient l'indéfectible vigilance de ce courant contre les " crétins maoïstes ". Guy Debord avait mis en garde dès 1982 contre Badiou, qui lui semblait, parmi tous " les déchets critiques ", le " pire de tous ".

Le philosophe Philippe Raynaud fut par ailleurs un des rares à s'être penché sur la littérature de Badiou avant sa célébrité pour rédiger son étude l'Extrême Gauche plurielle (Perrin) : " L'ennui, c'est que son mépris de la démocratie prend sa source dans un mépris de l'humanité ordinaire, un mépris commun à l'extrême gauche et à l'extrême droite pour l'aspiration "animaliste" au confort et au bien-être que permettent les droits de l'homme. Pour lui, l'humanité doit être transcendée par une idée - le communisme dans son cas - proposée par le philosophe. C'est une logique symétrique au projet fasciste. "

Myriam Revault d'Allonnes, professeur de philosophie à l'Ecole pratique des hautes études, qui vient de publier Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie (Seuil), est aussi l'une des rares à s'inquiéter publiquement du succès d'un " intellectuel qui proclame sa haine de l'homme démocratique " : " On ne pensait pas réentendre ce genre de discours. Il joue sur la crédulité des jeunes générations qui ont de moins de moins de culture historique et politique. " Le psychanalyste Michel Schneider partage cette analyse : " Je suis sidéré qu'une pensée aussi folle, aussi délirante, ait un tel écho. Les jeunes ne savent pas d'où vient ce discours et à quoi il est lié parce que les anciens maos qui ont consenti à ces horreurs ne se sont pas assez expliqués. " En fidèle disciple du psychanalyste Wilhelm Reich, Jean-Marie Brohm diagnostique de son côté un " éternel désir de soumission au maître cruel, une fascination pour le pervers autoritaire. Badiou est très symétrique de Sarkozy. Pour eux deux, le réel ne compte pas, la vérité, c'est ce qu'ils disent au-dessus du réel pour le faire disparaître. C'est pour cela que la démocratie les gêne. "

Avec De quoi Badiou est-il le nom ? (L'Harmattan), qui vient de paraître, Kostas Mavrakis, devenu peintre adepte d'un classicisme évoquant le réalisme socialiste, règle aussi ses comptes avec son ancien complice maoïste. Ils étaient pourtant restés proches, Badiou défendant même Mavrakis, accusé il y a peu d'avoir publié un texte contre l'art moderne dans Krisis, la revue d'Alain de Benoist. Ils se sont brouillés en 2006 comme deux enfants pour une affaire de tableau, Badiou se déclarant " propriétaire transcendant " de Leda et le cygne, l'oeuvre préférée de Mavrakis, qu'il revendiquait et qu'il n'a jamais obtenue, son ami se sentant trahi par l'apologie de l'art contemporain de Badiou dans son livre le Siècle. " C'est vrai, j'aurais bien accroché Leda et le cygne sur mon mur, mais le problème, c'est que Kostas a vraiment basculé dans la réaction ", précise Badiou. Les deux amis se sont séparés en 2009 par un échange de lettres en pleine ascension médiatique d'un Badiou triomphant auprès de son ex-ami. " L'heure du retour des vérités universelles est venue, et mon actuel destin public n'est qu'un des symptômes flagrants de ce que la parenthèse réactive s'achève ", lui écrivait-il en octobre dernier. " J'ai pensé au délire d'Althusser, qui se voyait en dirigeant unique de la révolution mondiale, Badiou n'en est plus très loin, commente Kostas Mavrakis. Un marxiste orthodoxe verrait dans sa célébrité médiatique une manoeuvre de récupération de la bourgeoisie : il est devenu le bouffon du capital. On le montre parce qu'il n'est pas dangereux, il peut même rendre des services. "

Il vient d'en rendre un beau à Bernard-Henri Lévy en lui proposant par mail de débattre ensemble parce qu'il n'y aurait plus qu'eux deux sur la scène intellectuelle... Bernard-Henri Lévy a accepté ce projet de reconnaissance réciproque à la grande satisfaction du penseur de la radicalité. " Il m'a déjà traité de "sagouin". Je lui ai répondu que cela m'allait très bien parce qu'il ne sait pas que c'est le nom d'un petit singe d'Amérique centrale à longue queue ! Il va regretter d'accepter de m'affronter, parce qu'il va se faire démolir publiquement ", s'enthousiasme déjà Alain Badiou. Enfin parvenu à l'égal des plus grands.

Badiou dans le texte

Le Siècle, Le Seuil, 2005.

De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Lignes, 2007.

Mao : de la pratique et de la contradiction, avec Slavoj Zizek, La Fabrique, 2008.

Eloge de l'amour, avec Nicolas Truong, Flammarion, 2009.

L'Hypothèse communiste, Lignes, 2009.

La Philosophie et l'événement. Entretien avec Fabien Tarby, Germina, 2010.

Encadré(s) :

SES POINTS DE REPÈRE

Mao

Le Grand Timonnier : " Un personnage accessible, souriant. On se moquait même de son goût pour les plaisanteries. "

Pol Pot

En 1979, quand les Vietnamiens occupent le Cambodge après le génocide des Khmers rouges (près de 2 millions de morts), Badiou dénonce un " acte de barbarie militariste " et une " violation des peuples à exister ".

La fac de Vincennes

Professeur à Vincennes, il annonce qu'il donnera leur examen à ceux " qui ne sont jamais venus en cours et qui ont ainsi montré par leur absence leur détachement louable des choses de ce monde ".

Les ouvriers

" Les ouvriers français ne sont plus capables d'indignation, ils se crispent sur la défense des acquis sociaux, ils sont conservateurs en défendant le cadre national existant attaché au passé. "

Staline et Sarkozy

Dans De quoi Sarkozy est-il le nom ?, son premier best-seller, Badiou dénonce la " barbarie sarkozyenne ". Comparé au " nabot " Sarkozy, " Staline, avec ses fichiers manuscrits interminables, ses fusillades de masse, ses espions à chapeau, ses gigantesques camps pouilleux et ses tortures bestiales, apparaît comme un amateur d'un autre âge ".

Lui et les autres

Gilles Deleuze

Le chef de l'UCFML raillait les " barbus deleuziens avec leur gras désir en bandoulière ". Aujourd'hui, Badiou confirme : " Ils croyaient que le désir était subversif et déboucherait sur la révolution. Mais non ! Nous avions raison : on voit bien que l'individu qui s'épuise dans l'hédonisme est tout à fait homogène au monde capitaliste présent. "

Guy Debord

Guy Debord, dès 1982, s'inquiétait de Badiou, qui lui semblait, parmi les " déchets critiques ", " le pire de tous ".

Bernard-Henri Lévy

Considérant qu'il n'y a plus qu'eux deux sur la scène, Badiou propose un débat à Bernard-Henri Lévy : " Il va regretter d'accepter de m'affronter, parce qu'il va se faire démolir publiquement ! " affirme-t-il.

Eux apprécient son talent

Slavoj Zizek * :

" Il suffit à Badiou d'articuler les vraies idées pour que la pensée antitotalitaire apparaisse pour ce qu'elle est réellement, à savoir une pseudothéorisation des peurs et instincts de survie les plus opportunistes. "

* Philosophe et psychanalyste.

Mehdi Belhaj Kacem* :

" Hegel n'est qu'une parenthèse, grandiose, mais une parenthèse, entre Kant et Badiou. "

* Ecrivain et philosophe.

Lui réfute sa rhétorique

Philippe Raynaud * :

" Son mépris de la démocratie prend sa source dans un mépris de l'humanité ordinaire, un mépris commun à l'extrême gauche et à l'extrême droite pour l'aspiration animaliste au confort et au bien-être. "

* Philosophe, auteur de l'Extrême Gauche plurielle (Perrin).

Les médias l'adorent

Frédéric Taddéï

Frédéric Taddéï, voit dans ce " maître à penser " " le dernier penseur radical français ".

Il a été plusieurs fois invité à " Ce soir ou jamais ! ", sur France 3. Ici, le 25 octobre 2007.

Laurent Joffrin

Laurent Joffrin : " Nicolas Sarkozy a trois adversaires en France : Martine Aubry, Bernard Thibault et Alain Badiou. "

Libération est sa plus belle prise médiatique. Plusieurs pages lui ont été consacrées comme " invité spécial ".

Rue89 : " Un mandarin réputé pour sa capacité à synthétiser l'histoire des idées ", qui " a bâti un univers conceptuel cohérent, mélange néoplatonicien et marxiste pur et dur ".

Rue89 met en ligne une vidéo de son " grand entretien " avec lui.

Le Parisien consacre une pleine page à " l'un des dirigeants du mouvement maoïste français ".

Le quotidien ouvre ses colonnes à " l'intellectuel engagé " et au " penseur radical de gauche ".

© 2010 Marianne. Tous droits réservés.

Bookmark and Share

6 commentaires:

Arthur a dit…

C'est marrant, à la lecture de ce "papier", j'ai l'impression très très nette que d'une part, l'auteur n'a pas lu une ligne des écrits philosophiques de Badiou, et pire, est complètement ignorant de la scène philosophique francaise de ces 40 dernières années (Badiou est archi connu depuis des décénnies pour son travail ontologique et sa philosophie de l'évènement, que Deleuze pourtant peu suspect de complicités bolchévique qualifiait de cruciales pour la philosophie contemporaine.

Réduire Badiou aux poplémiques à-la BHL, c'est une tartufferie incommensurable.

D'autre part, Badiou est absolument lucide sur la calamité qu'a été l'épisode totalistaire du communisme sous la forme des partis-états, qu'il qualifie de fiasco (si on peut être plus clair). Prétendre qu'il ait défendu un Staline par exemple, est un mensonge grossier.

Bon, mais le plus drole c'est de prétendre que Badiou en affrontant BHL est "parvenu à l'égal des plus grands". Est ce que vous êtes sérieux?

BHL n'enseigne ni n'est enseigné dans aucune université du Monde. Il n'a jamais écrit le moindre livre de philosophie. A peine de la vulgarisation. Et le philosophe francais le plus lu a l'étranger "arriverait a sa hauteur"?

Maintenant la section citation, à charge, sorties de leur contexte, je peux vous en faire des monstrueuses, a faire frémir, sur absolument n'importe qui. Même Wikipedia a renoncé au procédé quand on s'est rendu compte qu'un malade avait fait passer Churchill pour un monstre totalitaire.

Alors bon... La caravane passe. Mais de grace, renseignez vous, un petit peu au moins.

Amélie a dit…

Conan le Barbare ?

Conan ne fait visiblement pas dans la dentelle et ma fois je suis à parier comme Arthur qu'il n'a rien étudié et même sans doute rien lu autrement qu'en diagonale de ce que Alain Badiou a pu produire comme oeuvre philosophique. Car enfin vouloir faire le portrait de cet homme sans réussir à nous introduire à la substance, ni même citer ses 2 ouvrages majeurs que sont dans leur ordre chronologique "l'être et l'évènement" et "Logiques des Mondes", c'est vraiment approcher le degré minimal de sérieux pour quelqu'un voulant soit disant nous éclairer sur le bonhomme Badiou.
Le système métaphysique de Badiou est une merveille intellectuelle bâtie grâce à son rapport infiniment éclairé et rare, pour un philosophe, avec les mathématiques et en particulier avec la réflexion du dernier siècle sur leurs fondements.
Cette métaphysique est riche d'outils de pensée clairement exprimés ( maitriser son vocabulaire demande certainement du travail au lecteur, comme le demande l'assimilation et la maîtrise de concepts et d'outils mathématiques puissants) que Badiou expose avec un luxe de détails sans rien omettre des hypothèses et des difficultés rencontrées. Ces outis de pensée permette comme nous le montre avec beaucoup de sagacité Badiou, d'analyser et de comprendre des tas d'aspects de la vie de notre société. Et puis Badiou manifeste tout de même un salutaire esprit du collectif lorsqu'il dit tout ce que sa philosophie doit aux philosophes des mathématiques et aux mathématiciens qui ont vraiment pensé leur discipline parmi lesquels incontournables sont : Cavailles, Lautman pour les premiers et Lawvere, Grothendieck pour les seconds.
Ontologie de l'être dans le premier livre oublié, ontologie de la relation et de l'apparaître dans le second livre dédaigné, il y aurait eu de quoi faire de bon papiers de "vulgarisation philosophique" pour un journaliste de Marianne. Mais non Conan le barbare a préférré jouer petit braquet et nous abreuver de commérages digne d'un Closer. Avec toutefois un pointe d'humour involontaire comme l'impayable "Badiou enfin à l'égal du plus grans des philosophes : BHL". Sacré Conan !

loeiletlatrippe a dit…

Un bon article de journalisme.
Ainsi sont les journalistes, ni philosophes, ni historiens, certainement incapables de comprendre quoi que ce soit à Badiou.
Ainsi, il ne passe pas par la tête de l'auteur que si Badiou est écouté, c'est surtout à cause de son niveau. Je ne suis d'accord sur pratiquement rien avec Badiou, mais j'aime l'entendre car ce qu'il dit est intelligent. Au contraire de BHL.
En revanche ce papier est intéressant sur l'ambiance du quartier latin, dans ces années-là. Au moins pour les témoignages. Le journaliste trouve sa légitimité en allant chercher ce qued 'autres ne peuvent pas aller chercher : les interviews...
Mais si les journalistes pouvaient aussi être des gens instruits...
eh bien, ils ne seraient pas journalistes...

bob a dit…

"Bon, mais le plus drole c'est de prétendre que Badiou en affrontant BHL est "parvenu à l'égal des plus grands". Est ce que vous êtes sérieux?"

C est plutôt le seul passage drôle de l'article et peut etre aussi le plus légitime, pourquoi aller débattre avec BHL ?

Anonyme a dit…

J'ai l'âge de Badiou, j'étais comme lui à l'ENS. Comme lui, je n'ai pas fait la guerre d'Algérie, non parce que j'étais pistonné, mais tout simplement parce que notre sursis courait encore en 1962.
Pourquoi faut-il que, par une calomnie aussi légère, vous fassiez peser la suspicion sur tout le reste de votre article ?

Simon a dit…

Le titre de l'article donne le ton. C'est absolument invraisemblable que des pseudos journalistes soient payés pour écrire des "torchons", je ne vois pas d'autre mot, d'une telle absurdité.

Un article très critique de la revue "l'autre côté" (http://collectiflieuxcommuns.fr/spip/spip.php?page=post&id_article=552) propose une critique quoique très faible philosophiquement mais lisible et non insultante. Allez voir si ceci vous intéresse, la critique de l'opportunisme de Badiou face aux médias est valable.