lundi 2 mai 2011

Pékin réprime un groupe religieux - Charles Danzac

Libération - Monde, lundi 2 mai 2011, p. 9

Chine. Les 31 fidèles de l'Eglise protestante de Shouwang arrêtés hier réclamaient un lieu de culte.

Les dimanches se suivent et se ressemblent pour les fidèles de l'Eglise de Shouwang. Cette fois, ce sont 31 d'entre eux, qui ont été arrêtés hier, en ce 1er Mai, pour «rassemblement illégal», alors qu'ils s'apprêtaient à célébrer leur office près d'un centre commercial. Depuis quatre semaines, la police s'obstine à disperser leurs rassemblements destinés à protester contre l'interdiction qui leur est faite d'accéder au lieu de culte qu'ils viennent d'acquérir.

Hésitations. Shouwang, l'un des plus grands groupes de l'Eglise protestante non officielle de Pékin, était allé jusqu'à demander sa légalisation en 2006, requête qui avait été rejetée. Depuis, les autorités avaient exigé que les membres se dispersent dans des Eglises reconnues, ce qu'ils ont toujours refusé. La situation est restée bloquée jusqu'à ce que l'Eglise parvienne à se porter acquéreur d'un nouveau lieu de culte dont le propriétaire, victime de pressions selon elle, leur refuse l'accès. Les membres de Shouwang se défendent de toute ambition politique, mais le nouveau tournant répressif à l'encontre des organisations religieuses illustre bien les hésitations du gouvernement chinois, pris entre ses promesses de libéralisation des cultes et l'angoisse de voir se constituer des groupes potentiellement contestataires.

Pour Bob Fu, président de ChinaAid, association de défense des chrétiens basée aux Etats-Unis, le fait que Shouwang et les Eglises protestantes rassemblent une part croissante de l'élite intellectuelle et économique n'est pas étranger à la pression que le gouvernement a choisi de leur imposer «parce que ces fidèles plus éduqués participent à la création d'une société civile qui veut agir sur le terrain, vers les pauvres, les anciens, les enfants».

Et, dans le contexte de répression généralisée des appels aux rassemblements dits du jasmin, ces initiatives publiques apparaissent encore plus insupportables au gouvernement. «Mais c'est de toute façon un prétexte», dit-il, car selon lui une campagne appelée «Opération dissuasion» ciblant les «églises domestiques» a été lancée en secret depuis 2010.

Tracts. Le pasteur de Shouwang, Jin Tianming qui est en résidence surveillée depuis trois semaines, déclare que «les rassemblements ne cesseront pas tant que les fidèles n'auront pas obtenu un lieu où exercer leur culte». Hier matin, les membres de Shouwang avaient prévu de distribuer des tracts où il était inscrit : «Si nous avons confiance en Dieu, nous échapperons aux mains de nos ennemis.»

© 2011 SA Libération. Tous droits réservés.