vendredi 24 juin 2011

La France, destination favorite des riches touristes chinois

Les Echos, no. 20958 - Services, mercredi 22 juin 2011, p. 25

Ils sont presque un million de Chinois désormais à disposer de plus de 1 million d'euros de patrimoine. Leur goût pour le voyage augmente. La France en profite.

Il a trente-neuf ans, il aime de plus en plus voyager, de préférence en France, apprécie le golf et ses goûts sont plus raffinés qu'auparavant : tel est le portrait-robot du « multimillionnaire » chinois -en yuans -si l'on en croit le rapport Hurun qui fait référence sur cette question. Ce profil est devenu presque banal dans l'empire du Milieu où l'on dénombre 960.000 individus ayant un patrimoine supérieur à 10 millions de yuans (1,1 million d'euros).

D'après les auteurs de l'étude, réalisée auprès de 463 personnes disposant de plus de 10 millions de yuans de patrimoine et 45 ayant plus de 100 millions, le tourisme devient désormais un but en soi pour ces millionnaires. Ils prennent en moyenne quinze jours de vacances par an et partent trois fois à l'étranger dans l'année. Et c'est la France qui s'impose comme leur destination favorite. Numéro deux en 2010, elle est désormais citée en premier par 13 % d'entre eux, devant les Etats-Unis (12,7 %). Une récente étude de KPMG, qui établissait que les achats des riches Chinois étaient moins liés à des questions de statut qu'auparavant, et plus en lien avec l'art de vivre.

Ces voyageurs sont également des consommateurs enthousiastes. D'après une autre étude, de la société Global Blue, ce sont les touristes chinois qui consomment le plus dans le monde, juste devant les Russes. Les montres et les bijoux représentent 31 % de leurs achats, juste devant les vêtements et les accessoires de mode. Comme en témoigne le succès des Galeries Lafayette à Paris (« Les Echos » d'hier).

De fait, leur pouvoir d'achat a augmenté rapidement, en ligne avec la croissance chinoise et avec celle de l'immobilier, sachant que cette population est le plus souvent propriétaire de plusieurs appartements. Or, le mètre carré a augmenté en moyenne de 13,7 % en 2010 en Chine. L'appréciation du yuan joue également en leur faveur, diminuant mécaniquement le prix des marchandises qu'ils achètent hors de leurs frontières. Pour tout ce qui concerne les produits de luxe, leur consommation est, en outre, dopée à l'étranger par le niveau élevé des taxes pratiqué en Chine -allant jusqu'à 60 %. Un biais qui semble toutefois appelé à se résorber : la presse chinoise vient de rapporter que Pékin envisagerait de nettement réduire ces taxes, dans le but de stimuler la consommation intérieure.

Scolarité en pays anglophones

Mais s'ils cèdent volontiers aux charmes de la France pour le tourisme, ce sont bien les pays anglophoneset les Etats-Unis en tout premier lieu qui les séduisent pour ce qui concerne les études de leurs enfants. Ils sont 30 % à citer ce pays comme destination favorite, devant le Royaume-Uni (21 %) puis le Canada (14 %). Le sujet est fondamental pour ces derniers. Et plus ils sont riches, plus ils cherchent à scolariser leur progéniture hors du territoire chinois. Une ruée qui a des répercussions sur le marché immobilier dans certains pays. A Vancouver par exemple, l'envolée du mètre carré serait liée en partie à la volonté d'acheteurs chinois de scolariser leurs enfants sur place.

GABRIEL GRESILLON

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.