jeudi 2 juin 2011

Les " tigres de l'Ouest ", prochain moteur de la croissance chinoise

Le Monde - Economie, vendredi 3 juin 2011, p. 15

Le point de vue des chroniqueurs de l'agence économique Reuters Breakingviews

Les investisseurs inquiets du ralentissement de la croissance en Chine devraient regarder plus à l'ouest. Les provinces occidentales chinoises connaissent en effet une croissance à la fois dynamique et plus équilibrée que les riches régions côtières.

L'ouest, c'est 70 % du territoire de la Chine, 30 % de sa population, mais 20 % à peine de la production économique totale. En 2009, le produit intérieur brut (PIB) par habitant s'élevait à 2 400 euros dans la mégapole de Chongqing, où vivent 27 millions de personnes, contre 7 300 euros à Shanghaï. Il reste donc beaucoup à faire pour combler l'écart de croissance. Le PIB de Chongqing a progressé de 16 % au cours du seul premier trimestre 2011, à un rythme supérieur à la moyenne nationale. Le succès remporté par la récente Foire commerciale de Chongqing montre bien que la main-d'oeuvre bon marché est un pôle d'attraction, pour les multinationales comme pour les investissements.

Vols directs et visas

L'investissement est un ressort essentiel de la croissance. De 2004 à 2008, les dépenses d'infrastructure dans l'Ouest chinois ont augmenté au rythme de 22 % par an, soit plus rapidement que dans l'est du pays, selon le courtier CICC. Certes, les autorités locales ont eu recours au crédit bancaire pour financer des projets. Mais du moins récoltent-elles les fruits de leurs efforts. Ainsi, à Chongqing, les recettes fiscales du premier trimestre 2011 sont supérieures de 76 % à celles de 2010 pour la même période, tandis que les dépenses budgétaires progressent moins vite, à 47 %.

L'amélioration des infrastructures incite les multinationales, à l'instar d'Intel, à déplacer leurs chaînes de production plus à l'ouest. Les investissements directs étrangers ont plus que doublé à Chongqing sur les trois premiers mois de l'année par rapport au premier trimestre 2010. A titre de comparaison, cette progression n'a été que de 9 % dans le centre industriel de Guangdong, dans le sud du pays. Par ailleurs, les fabricants d'ordinateurs portables japonais, frappés par le séisme du 11 mars, pourraient transférer des usines à Chongqing, qui leur fait une cour assidue à coup de nouveaux vols directs et de visas de plus longue durée.

La relative faiblesse des exportations, jadis obstacle au développement, semble être un atout. Dans les régions côtières, la croissance a généralement été stimulée par les exportations, tandis que l'intérieur du pays restait à la traîne. La demande extérieure ayant atteint un pic, l'objectif du pays est désormais de développer la consommation intérieure. Les ventes au détail ont augmenté de 20 % à Chongqing en 2010, contre 16 % en moyenne à l'échelle nationale. Et même les marques de luxe comme LVMH et Tiffany commencent aujourd'hui à ouvrir des boutiques dans les provinces de l'intérieur.

Le secteur public s'étant relativement désintéressé de ces régions, l'accès au crédit des entrepreneurs et des petites sociétés de services s'en est trouvé facilité. Le secteur privé contribue ainsi pour plus de la moitié au PIB des provinces occidentales, comme le Sichuan et le Shaanxi, mais pour un tiers seulement à Shanghaï. Les " tigres de l'Ouest " seront vraisemblablement le prochain moteur de la croissance chinoise.

Wei Gu

Traduction de Béatrice Laroche

PHOTO - BEIJING - MARCH 06: Bo Xilai, Secretary of Chongqing Municipal Committee of the Communist Party of China, attends a meeting during the annual National People's Congress at the Great Hall of the People on March 6, 2011 in Beijing, China. Known as 'liang hui,' or 'two organizations', it consists of meetings of China's legislature, the National People's Congress (NPC), and its advisory auxiliary, the Chinese People's Political Consultative Conference (CPPCC).

© 2011 SA Le Monde. Tous droits réservés.