mardi 3 mars 2015

Chine: un tiers des 100 premières fortunes siégeront au Parlement

Plus d'un tiers des 100 premières fortunes de Chine siégeront soit au Parlement chinois, soit dans une assemblée politique consultative nationale, lors de la grande réunion annuelle de ces deux institutions cette semaine à Pékin, a constaté l'AFP.


Dans le top dix du classement 2014 des hommes les plus riches de Chine par la revue Hurun, plusieurs multimilliardaires seront membres de l'Assemblée nationale populaire (ANP) --le parlement chinois, une chambre d'enregistrement sans véritable pouvoir--.

Parmi eux, on trouve l'emblématique Pony Ma, patron du géant internet Tencent; Lei Jun, fondateur et dirigeant du fabricant de smartphones Xiaomi; ou encore Zhong Qinghou, magnat de l'industrie des boissons, selon des informations publiées sur le site internet de l'ANP.

De leur côté, d'autres membres de ce top-10 siégeront à la Conférence politique consultative du peuple chinois (CPCPC) --organe sans pouvoir de décision et se réunissant une fois par an, en même temps que la séance plénière de l'ANP.

En feront partie le magnat du secteur solaire Li Hejun --propulsé récemment par Hurun au sommet de son classement--, et Robin Li, patron du moteur de recherches Baidu, selon la dernière composition connue de la CPCPC.

Les deux assemblées font partie de la vaste machine de l'appareil institutionnel du régime aux mains du Parti communiste (PCC). La session annuelle de l'ANP débutera ce jeudi, tandis que celle de la CCPPC sera lancée dès mardi.

Les pointages réalisés par l'AFP confirmaient des chiffres avancés par le Xin Wenhua Bao, un journal local, selon lequel parmi les 100 fortunes de Chine, 15 étaient membres de l'ANP et 21 de la CPCPC.

Le quotidien ajoutait que la richesse cumulée de ces 36 personnes équivalait à 1.200 milliards de yuans (190 milliards de dollars), soit davantage que le Produit intérieur brut (PIB) du Vietnam.

Censées illustrer l'unité de la nation, les réunions de l'ANP et la CCPPC voient se côtoyer bureaucrates, hauts gradés militaires et représentants des minorités ethniques en costumes chamarrés, tandis que millionnaires et même stars de cinéma y ajoutent une touche de glamour.

La théorie des "trois représentations" introduite par l'ancien président Jiang Zemin en 2001 avait conduit à l'intégration des entrepreneurs et autres "forces productives" au sein du PCC et des organes politiques.

Ce geste politique, accompagnant l'essor de "l'économie socialiste de marché", élargissait la représentation nationale jusque là strictement limitée à la paysannerie, la classe ouvrière, les intellectuels et l'armée.

Si les deux assemblées insistent volontiers sur leur volonté de combattre les inégalités de richesses et d'aider les plus défavorisés, la présence en leur sein de dizaines de milliardaires fait l'objet de critiques sur d'éventuelles stratégies de lobbying au profit de leurs entreprises, rappelait le journal chinois.

© 2015 AFP - Journal Internet AFP. Tous droits réservés.