vendredi 15 mai 2015

La Chine pourrait ouvrir une base militaire à Djibouti

Après la France, les Etats-Unis et récemment le Japon, la Chine pourrait déployer à Djibouti une base militaire. Sans confirmer ou démentir, indique le « China Daily » , le ministère des Affaires étrangères à Pékin a souligné « l'amitié traditionnelle, la coopération actuelle et les objectifs partagées » des deux républiques.


De plus, la Chine « souhaite et est obligée de contribuer plus à la paix et à la stabilité de la région » . Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, avait confié à l'AFP que la Chine était en discussion avec Djibouti. Pour Pékin, il s'agirait d'un réel changement de cap. « Pendant des décennies, écrit le quotidien proche du Parti communiste chinois, on s'est habitué à une Chine qui mettait en avant le fait de n'avoir aucun soldat déployé en permanence sur sun sol étranger pour souligner sa volonté d'un développement pacifique » . Mais cet argument s'est révélé « erroné et trop limitatif » . Aujourd'hui la Chine doit protéger ses intérêts à l'étranger. La Chine contribue non seulement à la croissance économique mondiale, mais elle dépend aussi des importations de matières premières, poursuit le quotidien. Djibouti est situé près du détroit de Bab Al Mandab (en face du Yémen) et c'est par cette voie que transite 40 % du trafic maritime mondial. En tout cas, le « China Daily » insiste sur le caractère pacifique de la République populaire. Même si les dernières affirmations de Washington sur les douzaines de missiles à tête nucléaire de la Chine capables de viser n'importe quelle ville des Etats-Unis sont vraies, cela n'est pas un problème car la Chine ne vise aucun pays. Il n'est pas certain que ces propos rassurent le Japon ou la Corée du Sud.

JACQUES HUBERT-RODIER
Les Echos, no. 21938 - Idées & Débats, vendredi 15 mai 2015, p. 8

© 2015 Les Echos. Tous droits réservés.