vendredi 15 mai 2015

Louvre Hotels lance Campanile en Chine - Christophe Palierse

L'opérateur français va déployer sa chaîne sur le marché de son nouveau propriétaire chinois.Jin Jiang a un objectif de 500 unités.


Campanile, l'un des principaux réseaux d'hôtellerie économique en Europe, mais surtout en France (400 hôtels au total dans 10 pays), aura son prolongement en Chine. Sa maison mère tricolore Louvre Hotels Group, depuis peu rachetée par le conglomérat chinois Jin Jiang auprès de Starwood Capital, va déployer la chaîne sur le marché domestique de son nouveau propriétaire, a indiqué son président Pierre-Frédéric Roulot mercredi à l'AFP. Deux établissements seront ouverts à Shanghai, où est basé Jin Jiang, d'ici à la fin 2015.

Si Pierre-Frédéric Roulot est contraint à une certaine discrétion, Jin Jiang ne manque pas d'ambition semble-t-il, étant tout particulièrement intéressé par le concept combinant hôtellerie et restauration de Campanile. Au sein du groupe chinois, on parle d'un objectif de 500 unités à terme! Interrogé par « Les Echos » , le président de Louvre Hotels Group, qui s'est aussi vu confier le développement de Campanile en Chine, avoue d'ailleurs : « On pourrait imaginer qu'il y ait plus de Campanile en Chine qu'en France [quelque 300 hôtels, NDLR]. L'idée est d'être dans toutes les grandes villes. » En outre, Jin Jiang, qui veut positionner Campanile en chaîne 3 étoiles + complémentaire de ses propres enseignes hôtelières, envisage non seulement du développement organique mais, aussi, « la transformation de certains de ses établissements » , explique Pierre-Frédéric Roulot, qui annonce par ailleurs un projet d'unité emblématique à l'horizon 2016 sur le site Disneyland de Shanghai.

Changement de braquet

En parallèle, Louvre Hotels Group, également connu sous les enseignes Première Classe, Kyriad, Tulip Inn, Golden Tulip et Royal Tulip - ces trois dernières étant d'origine néerlandaise -, va poursuivre le déploiement de Golden Tulip « avec un positionnement 4 étoiles + » . A ce stade, seulement cinq unités sont en exploitation, sachant que Louvre Hotels compte 12 hôtels en Chine au total avec Tulip Inn et Royal Tulip.

Plus largement, prévient son président, le groupe français « a changé de braquet » avec son nouveau propriétaire chinois. Signe des temps, il n'écarte pas d'éventuelles opérations de croissance externe. S'agissant des synergies avec Jin Jiang, une plate-forme commune de réservation réunissant l'ensemble des marques hôtelières est prévue mais « pas avant fin 2016 » .

Jin Jiang, qui vient d'intégrer le Top 10 mondial de l'hôtellerie en reprenant Louvre Hotels - avec plus de 2.800 hôtels, dont 1.200 environ au titre de son nouvel actif français -, mise sur la complémentarité géographique de ses deux pôles. L'essor du tourisme chinois à l'international, en Europe et en France, est l'enjeu clef de la reprise de l'opérateur français, chiffrée à 1,3 milliard d'euros. Pierre-Frédéric Roulot n'exclut pas non plus l'implantation d'enseignes de Jin Jiang sur le Vieux Continent avec des établissements dédiés à la clientèle chinoise ,et de citer la zone de Roissy. Pour Louvre Hotels, le potentiel commercial concerne aussi le Moyen-Orient et l'Afrique, où l'opérateur français veut étendre son parc, pour les voyageurs d'affaires chinois.

Christophe Palierse
Les Echos, no. 21938 - Industrie & Services, vendredi 15 mai 2015, p. 19

© 2015 Les Echos. Tous droits réservés.