vendredi 25 février 2011

PALÉONTOLOGIE - Bienvenue au paradis des dinosaures

Courrier international, no. 1060 - Sciences, jeudi, 24 février 2011, p. 46

Jusqu'en 1964, la ville de Zhucheng, dans la province du Shandong, était célèbre pour avoir donné naissance au souverain mythique de l'Antiquité, l'empereur Shun. Cette année-là, la découverte d'ossements au lieu-dit du "ravin aux os de dragon" l'a faite entrer dans l'ère des dinosaures.

A l'ouest du ravin coule la rivière Juan, dont les rives sont bordées de terres humides et de forêts luxuriantes où nichent un grand nombre d'aigrettes blanches et de canards sauvages. Au sud du ravin se trouve le village de Heilonggou [littéralement "Ravin du dragon noir"], dont le nom proviendrait, d'après la légende, de la découverte fréquente à cet endroit d'os aux formes étranges, assimilés par les villageois aux "os de dragon" de la pharmacopée chinoise. [Il s'agit d'os ou de fossiles qui sont identifiés comme étant les restes de dragons. Ils sont brûlés, puis mis en poudre avant d'être ingérés comme médicaments.]

Le réveil des dragons

En 1964, les affluents en crue de la Juan ont débordé, inondant le fameux ravin, situé en contrebas. Lessivées par les pluies, ses parois en argile se sont affaissées en plusieurs endroits. Par un bel après-midi d'été, deux jeunes du village qui coupaient de l'herbe ont soudain heurté quelque chose dépassant du sol. Le premier mouvement de surprise passé, poussés par la curiosité, ils ont dégagé les broussailles qui cachaient l'objet. Un énorme os très long, ressemblant à une pierre, leur est alors apparu. Ils étaient loin de se douter que cette découverte fortuite allait aboutir à la mise au jour d'une longue série de "mastodontes". De 1964 à nos jours, trois grandes campagnes de fouilles ont eu lieu au Shandong [en 1964, 1989 et 2008]. La petite ville de Zhucheng s'est métamorphosée en "capitale des dinosaures" et l'ancien "ravin aux os de dragon" est devenu le "ravin aux dinosaures".

Parmi les dinosaures découverts à Zhucheng, la star est sans conteste l'hadrosaure (ou "dinosaure à bec de canard"), une espèce dont les premiers fossiles identifiés ont été découverts en Amérique du Nord et en Chine, dans les provinces du Ningxia, du Heilongjiang et du Sichuan. Mais ceux du Shandong battent tous les records.

Lors des fouilles de 1964, on a retrouvé le squelette d'un dinosaure à bec de canard qui, du fait de sa taille impressionnante, avait été nommé "le dinosaure géant du Shandong" (ou Shandongosaurus giganteus). Lors de la deuxième campagne, de 1989 à 1991, c'est un hadrosaure mesurant 16,6 m de long pour 9,1 m de haut, un record de taille pour l'époque (d'où son nom de Zhuchengosaurus maximus), qui a été découvert. En 2008, la troisième grande campagne de fouille a conduit à la découverte de nombreux ossements, avec des fossiles de fémurs, d'humérus, de côtes, de tibias et d'omoplates d'hadrosaures encore plus gros que ceux du Zhuchengosaurus maximus. Après l'avoir recomposé, on a obtenu un spécimen de plus de 20 mètres.

Au printemps 2008, la ville de Zhucheng, baignée de vitalité printanière, semblait couver quelque chose. Une équipe de paléontologues spécialisés dans l'étude des dinosaures s'affairait sur un chantier de fouilles quand, sur le site de Yuhuang, ils ont découvert des gencives et des dents fossilisées qui avaient une taille étonnante et qui semblaient encore redoutablement tranchantes malgré leurs dizaines de millions d'années. Plus tard, l'équipe dirigée par le Pr Xu Xing, spécialiste des dinosaures et membre de l'Académie chinoise des sciences, a mis au jour sur le site de Fangzhuang la mâchoire inférieure d'un tyrannosaure. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, l'équipe a également trouvé des cervicales. Finalement, grâce à l'exhumation de nombreux autres fossiles, ils ont pu conclure avec certitude que des grands tyrannosaures avaient bel et bien vécu au Shandong ! "C'est la première fois que l'on peut prouver sans l'ombre d'un doute l'existence d'un Tyrannosaurus en Chine", s'enthousiasme Xu Xing.

Selon cet archéologue, le Shandong peut se targuer d'être aussi le lieu où, pour "la première et seule fois", on a découvert un grand cératopsidé en Chine. Ces animaux ont une grande et lourde collerette osseuse se caractérisant par une corne pointue sur le dessus du crâne. Comme pour les tyrannosaures, il est très difficile de retrouver leur trace sur le vaste territoire chinois. C'est en 2009, dans le village natal du poète Zang Kejia, situé dans le district de Zhucheng, que des archéologues ont trouvé un étrange fossile blanc en forme de W. Après expertise, il s'est avéré qu'il s'agissait de la grande collerette d'un dinosaure à corne, dont la taille de la tête a été estimée par extrapolation à plus de 2 mètres, faisant penser à un centrosaure. Dès lors, ce superbe dinosaure est entré au panthéon chinois, réfutant la théorie de nombreux "dinosaurologues" qui pensaient qu'il n'y avait pas de grands cératopsidés en Asie.

Rassemblés par une inondation

Outre les trois catégories de dinosaures évoquées plus haut, on trouve aussi à Zhucheng des traces d'ankylosaures et de coelurosaures. Par ailleurs, en mars 2009, dans la même région, deux séries d'empreintes de dinosaures ont été relevées dans des terrains datant du Crétacé inférieur [période qui a débuté il y a 135 millions d'années et s'est terminée il y a 100 millions d'années], donc antérieures au "ravin aux os de dragon". Ce qui prouve que la zone était déjà un lieu de prédilection pour les dinosaures aux premiers temps du Crétacé. On peut quand même se demander pourquoi autant de dinosaures se sont entassés dans le fameux "ravin aux dinosaures". Le Pr Xu Xing explique que c'est dû à plusieurs facteurs. Tout d'abord, Zhucheng se situe au milieu du célèbre bassin du fleuve Jiaolai. Au Crétacé, la région comportait de vastes étendues d'eau et elle bénéficiait d'un climat tempéré et d'une couverture végétale très dense. C'était un paradis pour les dinosaures. Mais elle a aussi été le théâtre de catastrophes naturelles, comme le montre l'étude des couches géologiques des parois du ravin. On peut y voir une alternance de sédiments fluviaux laissés par les cycles de saisons sèches et humides, dans lesquels sont emprisonnés pêle-mêle des fossiles. Autour des pièces les plus importantes se sont souvent amassés des débris d'os ou de petites vertèbres.

Qu'est-ce qui explique une telle situation ? En paléontologie, la présence de fossiles dispersés s'explique bien souvent par le fait que les éléments ensevelis sur place proviennent d'un autre lieu. Autrement dit, des dinosaures morts auraient été entraînés jusqu'ici par les eaux et se seraient déposés dans les zones les plus basses. Après la décomposition de leurs corps, leurs os se seraient retrouvés dispersés ici et là. Les paléontologues ont aussi retrouvé sur place de nombreux graviers polis, ce qui indiquerait que c'est une crue "bienveillante" qui a transporté tous ces précieux ossements de dinosaures dans le "ravin aux os de dragon".

Wang Shenna / Ji Yinglong

Zhongguo Guojia Dili (Chinese National Geography)

© 2011 Courrier international. Tous droits réservés.