mardi 5 avril 2011

ART - Enchères : la Chine, première puissance mondiale

Les Echos, no. 20905 - Services, mardi, 5 avril 2011, p. 31

En tête en nombre d'enchères millionnaires en 2010, en nombre de maisons de vente et d'artistes dans le Top 10 mondial, on ne voit pas ce qui pourrait freiner la progression de la Chine sur le marché de l'art, d'autant que le nombre de ses milliardaires va croître de 20 % d'ici à 2014. C'est ce qui ressort du dernier rapport d'Artprice.

Dans le monde des ventes aux enchères d'oeuvres d'art, la Chine s'adjuge la plus belle part du gâteau ! Deuxième puissance économique mondiale, elle est ainsi devenue la première sur le marché des beaux-arts (hors mobilier et objets d'art), en engrangeant 33 % des 9,3 milliards de dollars réalisés en 2010 par les 3.600 sociétés de vente aux enchères, selon le rapport annuel d'Artprice. Elle devance les Etats-Unis (30 %), le Royaume-Uni (19 %) et la France (5 %). La Chine progresse sur tous les types d'oeuvres et toutes les périodes, constate Martin Bremond, économiste chez Artprice.

En nombre d'enchères millionnaires en dollars, la Chine mène encore la danse, avec 490 de ces ventes au marteau exceptionnelles, contre 401 pour les Etats-Unis, 271 pour le Royaume-Unis et seulement 24 en France. Quant aux 50 enchères record réalisées dans le monde l'an dernier, 10 ont été frappées en Chine (une seule est française, la « Tête » de Modigliani).

Top 10 : 7 maisons chinoises

Concernant le Top 10 des maisons de vente, là encore les géants anglo-saxons Christie's et Sotheby's -qui, comme sociétés étrangères, ne sont pas autorisées pour l'instant à tenir des enchères en Chine continentale -n'ont qu'à bien se tenir puisque sept sont chinoises, tels Poly International ou China Guardian.

Enfin, si l'on prend les dix artistes les plus cotés dans le monde, quatre sont chinois (contre un seul en 2009) avec un ticket d'entrée minimum de 112 millions de dollars d'enchères en 2010. Juste après Picasso arrive Baishi Qi, suivi d'Andy Warhol, puis de Daqian Zhang, de Giacometti, de Beihong Xu, de Matisse, de Modigliani, de Baoshi Fu et de Roy Lichtenstein. « La jeune génération d'artistes chinois s'impose avec plus de force encore que ses aînés, elle a pris d'assaut l'an dernier la moitié des dix premières places des artistes contemporains et se trouve mieux représentée que les Américains ! », commente l'économiste de la société d'étude française.

Hormis le trio de tête Jean-Michel Basquiat, Jeff Koons et Richard Prince, et le Japonais Murakami en 9e position, les six autres sont chinois. « Le pouls du marché se prend désormais à Pékin, Hong Kong et Shanghai, nouveaux relais de croissance du marché de l'art mondial », observe Artprice. « Non seulement la Chine a eu un effet levier sur le marché de l'art, mais son gouvernement est aussi prompt et patriote que les collectionneurs chinois pour soutenir ses artistes. Il a compris le pouvoir de l'art dans l'histoire des nations », note Artprice.

Les records d'enchères pour des oeuvres chinoises sont donc encore à venir puisque le nombre de milliardaires chinois devrait progresser d'environ 20 % par an jusqu'en 2014 contre 5,6 % pour le reste de la planète. Dans son sillage, les dragons asiatiques sont également hyperactifs : « Taiwan et Singapour sont en train de rattraper la France », met ainsi en garde Martin Bremond.

MARTINE ROBERT

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.