vendredi 20 mai 2011

Plainte contre Baidu et l'Etat chinois aux Etats-Unis - Gabriel Grésillon

Les Echos, no. 20937 - High-tech & Médias, vendredi 20 mai 2011, p. 27

C'est un procès atypique qui se profile dans l'Etat de New York. Huit militants des droits de l'homme chinois basés aux Etats-Unis ont conjointement attaqué en justice, hier, le moteur de recherche Baidu et l'Etat chinois au motif que le premier, se conformant aux exigences du second, censure, dans le résultat des requêtes qui lui sont soumises, les contenus pouvant porter préjudice au pouvoir chinois. Plutôt que d'exiger de Baidu qu'il cesse cette pratique, les plaignants exigent une compensation de 16 millions de dollars, soit 2 millions pour chacun d'eux. Leur avocat, Stephen Preziosi, estime en effet qu'il serait « sans espoir d'attendre de Baidu qu'il change ». Les plaignants pointent notamment la censure qui aurait frappé certains de leurs écrits ainsi que la « couverture d'événements en faveur de la démocratie ». Ils accusent aussi Baidu d'avoir bloqué l'accès à leurs travaux sur le sol américain, où la liberté de parole est censée être garantie.

Vive réaction de Pékin

La direction de Baidu s'est, pour l'instant, refusée au moindre commentaire sur cette affaire très politique. Les autorités chinoises, en revanche, ont vivement réagi. Jiang Yu, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a fait remarquer qu'un tribunal étranger n'a pas la moindre légitimité pour statuer sur des politiques décidées en Chine. Mais elle a également déclaré que la Chine « garantit la liberté d'expression des citoyens dans le respect de la loi », avant d'estimer que sa réglementation en la matière est conforme aux normes internationales.

Un peu plus d'un an après le retrait de Google de la Chine en raison de son refus de se soumettre aux règles de censure chinoise, le moteur Baidu est plus que jamais au sommet de sa forme sur son marché national. Comme le relève Elinor Leung, analyste chez CLSA, il a atteint une « situation de quasi-monopole » et ne cesse de distancer Google, qui renvoie désormais les internautes vers son serveur non censuré de Hong Kong. Baidu continue de voir sa part de marché augmenter, et gère les trois quarts des recherches sur Internet en Chine. Au moment où le commerce en ligne décolle dans le pays et où la pertinence des résultats de Baidu semble largement supérieure à celle de ses concurrents locaux, le premier moteur de recherche chinois fait partie des chouchous des analystes. Cette affaire, à défaut de mettre en danger sa suprématie sur son territoire, confirme que son expansion à l'international risque d'être plus épineuse.

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.