mercredi 11 mai 2011

Washington presse Pékin d'opter pour un « nouveau modèle de croissance »


Les Echos, no. 20930 - International, mercredi 11 mai 2011, p. 8

Face au boom des exportations chinoises qui ont bondi de 30 % sur un an, le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, exhorte Pékin à accélérer la réévaluation du yuan et à relever ses taux d'intérêt.

Rarement statistique officielle chinoise sera tombée plus à pic. Au deuxième jour du troisième round du dialogue stratégique et économique bilatéral Chine-Etats-Unis, qui s'est déroulé hier à Washington, Pékin a annoncé un excédent commercial record de 11,4 milliards de dollars en avril (contre 140 millions de dollars en mars) et un bond de 52 % de son excédent avec les Etats-Unis (à 15 milliards de dollars) sur un an. Les exportations chinoises ont bondi de 30 % en rythme annuel (à 156 milliards de dollars en avril), contre une hausse de 22 % des importations. Ce chiffre apporte de nouvelles munitions à Washington pour plaider en faveur d'une réévaluation plus rapide du yuan et d'un rééquilibrage de la croissance chinoise, même si Pékin reste réservé sur ce diagnostic.

« Pour la Chine, sur la base des remarquables réformes accomplies au cours des 30 dernières années, le défi est de jeter les bases d'un nouveau modèle de croissance, axé sur davantage dedemande interne, avec une économie plus orientée sur le marché et un système financier plus sophistiqué », a résumé le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, en insistant sur les « complémentarités » entre les deux premières économies mondiales. Tout en reconnaissant que le yuan s'est apprécié de 5 % depuis juin (10 % en termes réels après prise en compte de l'inflation chinoise), Washington estime que le boom des exportations chinoises plaide encore pour l'adoption d'un système de taux de change plus flexible et une accélération de la réévaluation du yuan.

Mais le ministre du Commerce, Chen Deming, présent à Washington, a contesté cette analyse en estimant que la meilleure manière de résoudre ce déséquilibre serait de « relâcher le contrôle sur les exportations américaines vers la Chine plutôt que de limiter les exportations chinoises vers les Etats-Unis ». Tout en rappelant que la réévaluation du yuan a déjà été menée « de manière très saine », il a plutôt exhorté les Etats-Unis à modifier sa politique d'investissement dans la high-tech pour stimuler l'industrie américaine.

Risque de « politisation »

« Oublions le taux de change. Une large part de notre excédent avec les Etats-Unis provient des activités de réexportation (« processing trade ») et les éléments clefs de ces exportations viennent des pays développés », a renchéri Wang Qishan, le vice-Premier ministre chinois chargé de l'Economie, également présent à Washington. En clair, il estime que l'essentiel de l'excédent commercial chinois provient des entreprises américaines, japonaises et européennes qui assemblent leurs produits en Chine. « Ma principale crainte est que l'on assiste à une politisation des relations économiques entre la Chine et les Etats-Unis. Une fois qu'elles sont politisées, ce ne sont plus des questions économiques », a mis en garde Wang Qishan sur CBS, tout en reconnaissant implicitement l'existence de divergences d'appréciation au sein du pouvoir chinois.

Alors que les dirigeants de la Bank of China voient dans la réévaluation du yuan un moyen de lutter contre l'inflation importée, le vice-Premier ministre minimise l'impact du taux de change en arguant de la priorité à la lutte contre l'inflation interne. Pour Pékin, qui reste le premier détenteur de bons du Trésor américains (1.154 milliards de dollars en février), le déclin du dollar sur un an tend à décrédibiliser les critiques sur le yuan faible.

En guise de bonne volonté, Timothy Geithner et Wang Qishan ont annoncé hier la signature d'un « pacte de coopération » sur le commerce et l'investissement en insistant sur la nécessité de renforcer le concept de « confiance stratégique mutuelle ». Mais la question du « yuan faible » n'a pas fini de perturber le dialogue sino-américain.

PIERRE DE GASQUET

PHOTO - U.S. Treasury Secretary Tim Geithner (L) and China's Vice Premier Wang Qishan shake hands after participating in a signing ceremony for a "U.S.-China Comprehensive Framework for Promoting Strong, Sustainable and Balanced Growth and Economic Cooperation", during the U.S.-China Strategic and Economic Dialogue at the Treasury Department in Washington, May 10, 2011. Geithner and Wang on Tuesday signed a broad pact setting out a framework for future cooperation on trade and investment.

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.