lundi 16 mai 2011

Yahoo! en conflit ouvert avec son partenaire chinois

Le Monde - Economie, mardi 17 mai 2011, p. 16

Yahoo! et Alibaba s'affrontent durement à la suite du transfert par le champion du e-commerce chinois de la propriété de sa plate-forme de paiement en ligne, Alipay, à une entité à laquelle n'est pas convié son actionnaire américain.

Le portail Internet américain, qui détient 40 % d'Alibaba, l'accuse d'avoir transféré Alipay à une structure contrôlée par son fondateur Jack Ma, en août 2010, sans que l'opération soit " portée à la connaissance ou soumise à l'approbation du conseil de direction ou des actionnaires du groupe Alibaba ". Dans un communiqué transmis au régulateur boursier américain, Yahoo! dit n'avoir été informé de l'opération que le 31 mars.

L'affaire illustre les difficultés éprouvées par les entreprises étrangères désireuses d'entrer sur le marché du Web chinois et d'y rester en selle. Yahoo! a investi, en 2005, 1 milliard de dollars dans Alibaba et confié au même moment au groupe la gestion de ses propres opérations en Chine.

Nouvelles réglementations

M. Ma, icône des affaires dont la fortune a inspiré des biographies, a réussi à créer il y a dix ans un site destiné aux professionnels, Alibaba, mettant en relation clients et fournisseurs aux quatre coins de la planète. Il a par la suite créé Taobao, un site de vente en ligne destiné aux particuliers qui, en s'appuyant sur le bouche-à-oreille, allait réussir à expulser le géant eBay du marché chinois.

Un quart du capital apporté par Yahoo! a été investi dans le développement d'activités extérieures au site Alibaba, dont la création d'un instrument de paiement répondant aux inquiétudes des consommateurs chinois, baptisé Alipay. En bloquant leurs paiements sur un compte tiers jusqu'à confirmation de la livraison du produit commandé, cette plate-forme a permis l'éclosion du e-commerce au pays des 457 millions d'internautes et pourrait à l'avenir concurrencer Paypal en Occident.

En réponse aux accusations de Yahoo! sur le transfert d'Alipay, Alibaba dit avoir discuté à de nombreuses reprises depuis trois ans de " l'imposition imminente de nouvelles réglementations dans l'industrie du paiement en ligne ". La banque centrale chinoise a annoncé son intention de réglementer le secteur en imposant des licences aux acteurs du marché. Les contours de cette réglementation n'ont toujours pas été précisés mais elle devrait permettre de contrôler davantage la présence d'étrangers. Déjà, en 2005, des tergiversations sur la question des paiements en devises étrangères avaient retardé l'arrivée du concurrent américain Paypal, qui ne s'est jamais imposé en terre chinoise.

Le directeur financier d'Alibaba, Joseph Tsai, a jugé samedi 14 mai qu'il est aujourd'hui " inapproprié " pour les entreprises chinoises dans le secteur d'Internet d'avoir de forts capitaux étrangers au regard de l'évolution de la réglementation.

M. Ma cherche depuis longtemps à récupérer les parts de son groupe détenues par Yahoo!. Cette volonté a mené à des discussions avec le portail américain l'an dernier sur le possible rachat d'une partie de ses actions. Ces négociations ont échoué en juin 2010, ce qui a créé chez Alibaba une " perte de confiance en Yahoo! ", a expliqué M. Ma, samedi à Hongkong.

Cette crise a déjà entraîné une dégringolade de 14 % du cours de l'action Yahoo !. Dans un apparent souci d'apaisement, Alibaba, Yahoo! et un autre actionnaire, Softbank, se sont engagés, dimanche, à des " négociations productives " afin de résoudre dès que possible le litige " d'une manière qui serve les intérêts de tous les actionnaires ".

Harold Thibault

© 2011 SA Le Monde. Tous droits réservés.