mercredi 24 août 2011

La Chine espère échapper au ralentissement - Frank Paul Weber

La Tribune (France), no. 4792 - Économie | International, mercredi 24 août 2011, p. 4

Le premier exportateur mondial profite encore des commandes pour Noël...

L'économie chinoise va-t-elle rester insensible au ralentissement de la conjoncture chez ses clients européens et américains? Oui mais plus pour longtemps, répondent les économistes chinois proches du pouvoir. Évoquant l'actuelle " crise de la dette en Europe ", comme " la peste noire du XIVe siècle ", deux économistes de renom dans les colonnes de l'officiel " Quotidien du peuple ". Ils estiment certes qu'elle aura " beaucoup moins d'impact sur les actifs des réserves de change de la Chine que la crise de la dette américaine et l'abaissement de la note [par S&P, NDLR] ". Pékin détient en effet beaucoup moins d'emprunts d'États de la zone euro que d'obligations du Trésor américain. " Le déclin de la demande causée par cette crise de la dette européenne aura cependant un impact à long terme sur l'économie réelle de la Chine ", nuancent-ils

L'Union européenne (UE) est en effet le premier partenaire commercial de la Chine, avec un volume annuel d'échanges de 400 milliards d'euros dépassant celui réalisé par Pékin avec Washington. D'ailleurs si l'excédent commercial chinois a atteint le mois dernier son niveau le plus haut depuis deux ans et demi cela est dû à des exportations plus soutenues que prévu vers l'UE. Cet été, le premier exportateur mondial devrait profiter des commandes passées pour Noël par ses clients européens et américains. Mais après? " La performance à l'export de la Chine est toujours marquée avec retard par un ralentissement conjoncturel et une demande étrangère qui faiblit et donc les problèmes de dette actuels à l'étranger n'auront pas immédiatement un impact négatif sur les exportations chinoises ", explique Zhang Yansheng, économiste à la Commission pour la réforme et le développement national. " Si la demande des États-Unis et de l'Europe chute, la croissance dans les régions côtières chinoises comme le Guangdong sera touchée mais pas l'ensemble de l'économie ", précise-t-il, estimant que l'économie est tirée surtout par la demande intérieure.

(c) 2011 La Tribune. Tous droits réservés.