samedi 10 septembre 2011

La Chine restreint de plus en plus son marché aux entreprises étrangères

La Tribune (France), no. 4804 - Économie | International, vendredi 9 septembre 2011, p. 8

Malgré les promesses de Pékin, le marché chinois reste difficilement accessible à de nombreuses entreprises européennes.

Comme chaque année dans son rapport la Chambre de commerce européenne en Chine dénonce les conditions d'accès au marché pour les entreprises européennes.

La Chambre, qui regroupe plus de 1.600 entreprises membres, s'inquiète du peu de progrès enregistré dans plusieurs secteurs - l'énergie, l'automobile, l'industrie financière, la construction - qui restent en partie ou entièrement fermés aux entreprises européennes. Pire, elle note que dans certains domaines les réglementations ferment de nouveaux marchés prometteurs, celui des véhicules électriques par exemple. Elle souligne aussi que la protection des droits de propriété reste un problème d'actualité, et constate que certaines entreprises sont contraintes d'accepter de transférer leur technologie pour avoir accès au marché.

" Les mesures récentes qui limitent encore davantage l'ouverture du marché soulèvent quelques questions sur l'intention de créer un marché égal pour tous ", indique la Chambre dans son rapport, dont le volume ne cesse de grossir d'année en année. Un sondage parmi les membres montre ainsi que les entreprises européennes redoutent le marché chinois. Près de 50 % des entreprises estiment qu'elles sont ou seront discriminées dans les deux prochaines années.

Mauvais chiffres

Depuis deux mois, les investissements européens vers la Chine sont en baisse. Si ces mauvais chiffres sont en partie à imputer au contexte économique, il n'en reste pas moins qu'investir en république populaire demeure un choix risqué pour une entreprise étrangère. " C'est un fait que les investissements sont en baisse... Nos entreprises ont la perception que les barrières pour entrer dans le marché sont très élevées ", a expliqué Davide Cucino, le président de la Chambre lors de la présentation à la presse du rapport, mercredi.

Sur le long terme, il espère cependant que le prochain plan quinquennal qui entrera en vigueur l'année prochaine offrira de nouvelles opportunités aux entreprises européennes. Parmi les principaux axes de développement, on compte la consommation intérieure et les énergies renouvelables.

" Nous avons accueilli le plan avec enthousiasme. Cependant, nous pensons que les objectifs fixés ne sont pas toujours représentés dans les règlements. La réussite du plan passera par l'innovation et le développement du secteur privé ", assure le président de la chambre qui, toutefois, met en garde : " Je suis inquiet. Il ne reste pas beaucoup de temps. "

Le déficit commercial entre la Chine et l'Europe a atteint 168,8 milliards d'euros en 2010.

Virginie Mangin, à Pékin

PHOTO - LONDON, ENGLAND - SEPTEMBER 08: Prime Minister David Cameron (L) and Chinese Vice President Wang Qishan shake hands outside Number 10 Downing Street on September 8, 2011 in London, England. China has given its official support for London to become a trading centre for the yuan.

(c) 2011 La Tribune. Tous droits réservés.