lundi 3 octobre 2011

Combat de titans dans l'e-commerce chinois - Julie Desné

Le Figaro, no. 20890 - Le Figaro Économie, samedi 1 octobre 2011, p. 25

Tencent s'attaque au pré carré d'Alibaba.

Largement dominé par le numéro un en titre Alibaba, le secteur chinois de l'e-commerce va voir débarquer un autre mastodonte de la Toile le mois prochain. Tencent, poids lourd de la messagerie instantanée et des jeux en ligne en Chine avec 700 millions de comptes, s'apprête à ouvrir sa plate-forme de commerce en ligne.

QQ Wang Gou (littéralement « QQ achat en ligne ») proposera à partir du 11 octobre des marchandises aux internautes de la province du Guangdong, dans le sud du pays, région du siège de Tencent basé à Shenzhen, à côté de Hongkong. Le calendrier pour l'extension du site à l'ensemble du pays n'a pas encore été fixé. Mais c'est un premier pavé jeté directement dans la grande mare de Taobao, filiale du groupe Alibaba aux 370 millions d'abonnés et 49 % de parts de marché, dont presque tous les services seront ainsi concurrencés : de la vente de biens en ligne aux ventes entre particuliers en passant par les achats groupés. Tencent détient également un site de paiement en ligne Tenpay, rival encore modeste d'Alipay d'Alibaba.

De son côté, la start-up devenue grande de Hangzhou, à côté de Shanghaï, ne dort pas sur ses lauriers. Après avoir annoncé cette année une entrée en fanfare sur le segment des téléphones portables, avec la mise au point d'un service de partage de données, Alibaba cherche à consolider ses positions sur son coeur de métier : l'e-commerce. La semaine dernière, Taobao proposait à trente-huit sites chinois de vente en ligne des vitrines virtuelles sur son site Taobao Mall, montrant pour la première fois un intérêt marqué pour des petits acteurs du secteur. Une façon sans doute de commencer à assurer ses arrières face à une concurrence grandissante. Les ambitions sont claires : doubler le chiffre d'affaires du site entre 2011 et 2012 pour atteindre 23 milliards d'euros l'an prochain.

Coup d'accélérateur

Le groupe Alibaba est, par ailleurs, en train de lever 1,6 milliard de dollars auprès d'investisseurs chinois et étrangers, dont le fonds souverain singapourien Temasek, le fonds de Jack Ma, charismatique PDG d'Alibaba, Yunfeng ou encore le fonds de private equity américain Silver Lake. Cette cession de titres détenus par les employés pourrait valoriser la compagnie à 32 milliards de dollars.

Mais l'avenir de l'e-commerce chinois ne se résume pas à un duel Alibaba-Tencent. Sur un marché qui a progressé au deuxième trimestre de l'année de 77 % par rapport à la même période l'an dernier, note l'institut chinois iResearch, en totalisant 21 milliards d'euros, d'autres stars montantes du secteur se sont déjà taillé une place de choix. Certaines sont également décidées à mettre un coup d'accélérateur à leur développement, comme le site 360buy.com, numéro deux des ventes en ligne en Chine avec 18 % de parts de marché. Le Wall Street Journal évoquait récemment l'intention de la maison mère du site, Jingdong, de s'introduire en Bourse aux États-Unis, dans l'espoir de lever jusqu'à 5 milliards de dollars.

© 2011 Le Figaro. Tous droits réservés.