mardi 17 mars 2015

Comment Internet affecte notre psychisme

Certains chercheurs vont jusqu'à comparer au « changement climatique » ce « changement cérébral ».


RÉSEAUX SOCIAUX
De plus en plus de personnes sont rivées à l'écran de leur smartphone ou occupées à photographier tout ce qu'elles croisent... Face à cet usage déferlant de nouveaux outils technologiques, de nombreux chercheurs s'attachent déjà à étudier les modifications éventuellement cérébrales et cognitives susceptibles d'émerger, spécialement chez les plus jeunes. Mieux, ils nous alertent sur ces phénomènes.

C'est le cas notamment, en France, du Pr Olivier Houdé, directeur du laboratoire de psychologie du développement et de l'éducation de l'enfant du CNRS-La Sorbonne, et auteur du livre Apprendre à résister (Éd. Le Pommier). S'intéressant à la génération qui a grandi avec les jeux vidéo et les téléphones portables, il affirme que, si ces enfants ont gagné des aptitudes cérébrales en termes de vitesse et d'automatismes, c'est au détriment parfois du raisonnement et de la maîtrise de soi.

« Le cerveau reste le même, déclarait-il récemment à l'AFP, mais ce sont les circuits utilisés qui changent. Face aux écrans, et du coup dans la vie, les natifs du numérique ont une sorte de TGV cérébral qui va de l'oeil jusqu'au pouce sur l'écran. Ils utilisent surtout une zone du cerveau, le cortex préfrontal, pour améliorer cette rapidité de décision, en lien avec les émotions. Mais cela se fait au détriment d'une autre fonction de cette zone, plus lente, de prise de recul, de synthèse personnelle et de résistance cognitive. » Aussi le chercheur en appelle-t-il à une éducation qui apprendrait à nos enfants à résister : « Éduquer le cerveau, c'est lui apprendre à résister à sa propre déraison, affirme-t-il. Un vrai défi pour les sciences cognitives et pour la société d'aujourd'hui. »

Modifications comportementales

Le virtuel est donc clairement suspecté de nous atteindre dans le fonctionnement le plus intime de notre être. Il suffit d'ailleurs d'observer autour de soi les modifications comportementales qu'il entraîne : incapacité de maintenir une conversation ou de rester concentré sur un document ; facilité « brutale » à se déconnecter d'un échange relationnel comme on se débranche d'une machine, etc.

Le philosophe et artiste Hervé Fischer, qui signe l'un des essais les plus intéressants du moment sur La Pensee Magique du Net(Éd. François Bourin), considère lui aussi que si les jeunes sont « les plus vulnérables » à l'aliénation rendue possible par le Net, car ils mesurent leur existence à leur occurrence sur les réseaux sociaux, cela concerne aussi les adultes : « On peut avoir le sentiment qu'on a une vie sociale parce qu'on a des centaines d'amis sur le Net, ou qu'on est très actif et entreprenant parce qu'on échange sans cesse des commentaires et des informations numériques, explique-t-il. Le retour au réel est alors encore plus difficile. On vit une pseudo-réalisation de soi, virtuelle elle aussi, et la « descente » de ce nouvel « opium du peuple » peut faire très mal à ceux qui ont une existence déjà frustrante sur bien des points. »

Cette existence qui se mesure et s'expérimente désormais à travers un profil numérique alerte aussi, en Grande-Bretagne, la grande spécialiste de la maladie d'Alzheimer, le Pr Susan Greenfield, qui parle de « changement cérébral » comme on parle de « changement climatique » . Elle s'inquiète des modifications identitaires provoquées par un usage intensif d'Internet : « C'est presque comme si un événement n'existe pas tant qu'il n'a pas été posté sur Facebook, Bebo ou YouTube » , écrivait-elle récemment dans le Daily Mail. « Ajoutez à cela l'énorme quantité d'informations personnelles désormais consignées sur Internet - dates de naissance, de mariage, numéros de téléphone, de comptes bancaires, photos de vacances - et il devient difficile de repérer avec précision les limites de notre individualité. Une seule chose est certaine : ces limites sont en train de s'affaiblir. »

Mais on peut aussi se demander : pourquoi un tel impact ? Pour Hervé Fischer, si Internet est aussi « addictif » , c'est parce que la société « écranique » réveille nos plus grandes mythologies, dont le rêve de retourner en un seul clic à la matrice collective et de se perdre alors dans le sentiment océanique d'appartenir à la communauté humaine. « Ce qui compte, c'est d'être là, explique le philosophe. On poste un tweet et ça y est, on se sent exister. »

Versants positifs de cette « nouvelle religion » ? « 24 heures sur 24, les individus de plus en plus solitaires peuvent quand ils le veulent se relier aux autres » , observe Hervé Fischer. Et, tout aussi réjouissant, chacun peut gagner en « conscience augmentée » , notamment en se promenant de liens en liens pour approfondir ses connaissances. Désormais, c'est certain, grâce à la Toile, on ne pourra plus dire « qu'on ne savait pas » .

Le cerveau reste le même, mais ce sont les circuits utilisés qui changent. Face aux écrans, et du coup dans la vie, les natifs du numérique ont une sorte de TGV cérébral qui va de l'oeil jusqu'au pouce sur l'écran.

Pascale Senk

« La Toile révèle ce que nous sommes... »

PROPOS RECUEILLIS : Michael Stora, psychologue et psychanalyste, également fondateur de l'Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH) et a notamment écrit Les écrans, ça rend accro...(Hachette Littératures).

LE FIGARO. - Selon vous, quel impact majeur ont les nouvelles technologies sur notre psychisme ?

Michael STORA. - Je dirais tout ce qui relève du temps. Compressé par l'usage immédiat des smartphones et autres ordinateurs mobiles, celui-ci ne permet plus ni élaboration de la pensée ni digestion des événements. Et l'impatience s'en trouve exacerbée. Ainsi, nous recevons de plus en plus de patients qui demandent à être pris en charge « en urgence » . Or, de par notre métier, nous avons appris qu'en réalité - et hors risque suicidaire - il n'y en a pas. Chacun est donc confronté à sa capacité à supporter le manque (quand arrivera la réponse à ce mail, ce texto ?) et se retrouve pris dans la problématique très régressive du nourrisson qui attend le sein.

En quoi notre capacité de penser s'en trouve-t-elle affectée ?

Les formats des contenus deviennent si courts, le flux d'informations si incessant que réfléchir devient impossible car cela demande du temps. Regardez Twitter : son usager ne devient plus qu'un médiateur, il partage rapidement un lien, s'exprime au minimum, on est dans la violence du « sans transition » ...

Il est évident que l'être humain ne peut traiter tant d'informations et l'on observe déjà que la dimension analytique s'efface au profit d'une dimension synthétique. Cela semble assez logique : la Toile a été créée par des ingénieurs adeptes d'une pensée binaire, structurée sur le 0 ou le 1 et sans autres ouvertures... Il faudrait vraiment que les sciences humaines soient invitées à participer davantage à ces entreprises, cela permettrait de sortir d'un fonctionnement en boucle où l'on vous re-propose sans cesse le même type de produits à consommer par exemple.

Mais beaucoup parviennent aussi à s'exprimer grâce à Internet ?

C'est vrai, si l'on regarde Facebook par exemple, le nombre de personnes occupées à remplir leur jauge narcissique est très élevé. Mais il y a de moins en moins de créativité sur la Toile. Auparavant, un certain second degré, qui a pu donner naissance à des sites comme viedemerde.com par exemple, dont la dimension auto-thérapeutique est certaine, dominait. Mais aujourd'hui, la réelle création de soi a disparu. Il s'agit d'être sans arrêt dans la norme, ou dans une version fortement idéalisée de soi.

À force de gommer « ce qui fâche » , les mauvais côtés de la vie, les efforts ou les frustrations inévitables, on est alors dans un exhibitionnisme de soi très stérile et régressif qui révèle seulement l'immense besoin de chacun d'être valorisé. L'usager souhaite être « liké » (quelqu'un a répondu au message laissé sur Facebook) pour ce qu'il est, pas pour ce qu'il construit, comme le petit enfant à qui l'on répète « qu'il est beau ! » sans même qu'il ait produit de dessin.

Internet rend-il exhibitionniste ?

Je pense que la Toile ne fait que révéler ce que nous sommes profondément. Regardez comme les internautes qui « commentent » en France sont critiques et râleurs, exactement comme on imagine les Français... Et c'est vrai j'ai été surpris de constater cet exhibitionnisme fou dans notre pays.

Avec les « blacklists » , la violence de la désinhibition et des critiques qui laissent peu de possibilité d'échanger, une certaine froideur narcissique l'emporte. Ce que l'on observe, c'est qu'il y a plus d'humains enrôlés dans l'expérience du Web, mais moins d'humanité.

On est dans un exhibitionnisme de soi très stérile et régressif qui révèle seulement l'immense besoin de chacun d'être valorisé

© 2015 Le Figaro. Tous droits réservés.