mardi 3 mars 2015

La Chine dans le piège démographique

L'assouplissement de la politique de l'enfant unique n'a pas permis d'enrayer le vieillissement de la population.


La Chine est encore loin d'avoir désamorcé sa « bombe démographique » . Le récent assouplissement de la politique de l'enfant unique n'y a rien changé : la hausse attendue des naissances, qui devait permettre d'enrayer le vieillissement de la population, ne s'est pas produite, selon des chiffres publiés récemment. Catalyseur des inégalités, celui-ci est un motif d'inquiétude majeur pour le Parti communiste chinois (PCC), qui met au premier plan la « stabilité sociale » pour prévenir toute contestation du pouvoir.

Seuls 700 000 couples, sur les 11 millions potentiellement bénéficiaires de la réforme du planning familial annoncée en novembre 2013, ont demandé l'autorisation d'avoir un second enfant, selon la Commission nationale de santé. Par le passé, la règle avait été déjà assouplie pour les paysans, autorisés à avoir un second enfant si le premier était une fille, ainsi que pour les couples dont le mari et la femme étaient enfants uniques. La nouvelle loi permet désormais aux couples dont au moins un membre est enfant unique d'avoir deux enfants. Quelque 620 000 couples ont été effectivement autorisés à cette naissance en plus.

Le taux de stérilité multiplié par quatre en vingt ans

Ces chiffres sont nettement en dessous des plus de 2 millions de nouvelles naissances prévues par les autorités du pays le plus peuplé du monde (1,36 milliard d'habitants). La chute du taux de fertilité en Chine n'est pas seulement due à la politique de l'enfant unique. Le taux de stérilité dans le pays a été multiplié par quatre en l'espace de vingt ans, et l'envolée des prix de l'immobilier, de l'éducation et des services médicaux a dissuadé nombre des couples autorisés à avoir un second enfant de profiter de ce droit.

Résultat : le vieillissement de la population active s'est encore accentué en 2014, selon les statistiques officielles publiées en janvier. Et la pression s'accentue sur le gouvernement pour assouplir davantage sa politique de l'enfant unique, à l'origine du problème. De fait, beaucoup de Chinois, et notamment des experts économiques et des démographes, préconisent l'abolition totale de cette règle impopulaire. La loi de planification familiale a été mise en oeuvre à partir de 1979 pour permettre à la Chine de contrôler sa population, la plus nombreuse du monde. Elle aurait, selon les autorités, permis d'éviter 400 millions de naissances.

Cependant, cette règle a été rendue responsable du déséquilibre des sexes, de nombreuses violences aux femmes, ainsi que de terribles dégâts dans les familles. Et le problème crucial de la Chine est désormais d'enrayer l'inexorable vieillissement de sa population, après trois décennies de contrôle des naissances. Pour la troisième année consécutive, la population en âge de travailler a chuté en 2014 : - 3,7 millions. Et les Chinois de plus de 60 ans devraient représenter 30 % de la population totale en 2050, contre 10 % en l'an 2000, prévoit l'ONU.

La population vieillissante laisse présager dans l'avenir de grosses difficultés économiques et sociales. Alors que le rythme de la croissance diminue d'année en année, les revenus fiscaux du gouvernement se réduisent en proportion. Dans les décennies à venir, le financement des retraites et le poids grandissant des dépenses de santé pèseront de plus en plus lourd sur le budget de l'État. Les experts mettent en garde sur les troubles que pourraient entraîner ces difficultés de financement et qui seraient une menace à la légitimité du pouvoir du PCC.

Le Figaro, no. 21948 - Le Figaro, mardi 3 mars 2015, p. 7
patrick saint-paul

© 2015 Le Figaro. Tous droits réservés.