mercredi 18 mars 2015

La Chine étend ses zones franches

Après Shanghaï en 2013, le gouvernement chinois poursuit son ouverture à destination des entreprises étrangères et annonce l'ouverture de trois nouveaux espaces de libre-échange
Dossiers en main, Cao Zhenfeng est à l'affût dans la grande salle d'enregistrement des entreprises de la zone franche de Shanghaï. Dès qu'un homme d'affaires, chinois ou étranger, franchit la porte et s'approche d'un des guichets, il lui propose de l'accompagner dans ses démarches. Contre rémunération, bien sûr. Il estime avoir ainsi aidé 600 entreprises à s'implanter dans cette zone de l'est de Shanghaï depuis son inauguration, à la fin septembre 2013.


Le gouvernement chinois s'apprête aujourd'hui à élargir l'expérience. Une zone similaire devait être inaugurée, mercredi 18 mars, sur le delta de la rivière des Perles, qui fait face à Hongkong. Elle se focalisera sur les échanges avec l'ancienne colonie britannique. Une autre verra le jour sous peu dans la province du Fujian (sud-est) et sera consacrée au commerce avec l'île voisine de Taïwan. Une quatrième sera créée à Tianjin (nord-est), le grand port proche de Pékin, avec un accent mis sur la logistique et les industries à forte valeur ajoutée. Quant à la zone de Shanghaï, initialement développée autour des infrastructures de trois ports et de l'aéroport international, elle englobera désormais également le centre des affaires de Lujiazui, ainsi qu'un nouveau quartier de la métropole et une zone industrielle orientée high-tech. Elle s'étendra alors sur 120 km2 (contre 29 km2 jusqu'à présent) sur la moitié est de Shanghaï.

La République populaire entend ainsi réitérer sa volonté de réforme, et ce, alors que le bilan de la zone de Shanghaï, un an et demi après son lancement, demeure controversé. L'afflux d'entreprises a bien eu lieu. A l'issue de la première année, 12 000 sociétés - dont 1 677 étrangères - s'étaient enregistrées dans cet espace. L'agent Cao Zhenfeng constate que cette ruée a surtout eu lieu dans les premiers mois. Il avait alors 70 concurrents qui, comme lui, offraient leurs services d'intermédiaires à des entreprises peinant à comprendre tant les bénéfices potentiels de cette zone pour leur propre activité que les démarches à entreprendre. Une trentaine d'agents exercent encore. " Aujourd'hui, il y a moins de nouvelles entreprises qui s'inscrivent, c'est un choix plus rationnel, elles viennent si elles y voient un intérêt concret ", constate M. Cao. A l'époque, de nombreuses compagnies ont afflué d'abord pour être présentes, et voir ensuite. Certaines se sont ruées sur les baux des entrepôts, convaincues que leur valeur grimperait rapidement, quitte à en laisser des dizaines de milliers de mètres carrés vides.

déception des étrangersDu côté des entreprises étrangères notamment, une déception palpable s'est fait sentir. Dans son dernier rapport sur le climat des affaires, la Chambre de commerce américaine en Chine relève que 73 % de ses membres ne trouvent pas de bénéfice tangible à la zone. Certaines améliorations sont pourtant évidentes. " Les douanes font désormais preuve de souplesse, les délais ont été raccourcis, passant d'une semaine ouvrée en moyenne à deux, voire trois jours ", relève Benoît Honnart, directeur de Celtic China Group, une compagnie de logistique, au sujet des déclarations à l'entrée sur le territoire.

Des avancées concrètes ont été annoncées dans plusieurs secteurs. Après treize années d'interdiction, les consoles de jeux vidéo ont fait leur entrée en Chine via la zone pilote. Les agences de voyage étrangères, jusqu'alors interdites, peuvent désormais proposer aux Chinois des séjours à l'étranger, à condition toutefois de s'adosser à un partenaire local. Et il y a d'autres exemples. " On parle quand même là de secteurs très spécifiques ", tempère l'avocate Anne Séverin, représentante du cabinet DS à Shanghaï, et qui anime le groupe de travail sur la zone franche parmi les conseillers du commerce extérieur.

Les attentes étaient toutefois bien plus fortes. Pékin avait promis une nouvelle ère de réformes, grâce à un fonctionnement par " liste négative ", autorisant les investissements étrangers dans tous les secteurs où ils ne seraient pas explicitement restreints. Or cette liste très attendue comportait 190 domaines interdits dans sa première version, à l'automne 2013, et en compte encore 139 aujourd'hui. A ces éléments s'est ajouté le licenciement, en septembre 2014, du sous-directeur de la zone, Dai Haibo. Son placement sous enquête pour " grave violation de la discipline, synonyme de corruption ", a finalement été annoncé mardi 17 mars.

La crainte des capitaux spéculatifsC'est surtout dans le domaine de la finance que le gouvernement chinois était attendu au tournant. Car la zone franche est présentée comme un test pour l'ouverture du compte de capital de la Chine. Jusqu'à présent, l'Etat-Parti et la banque centrale qu'il contrôle autorisent le change pour des transactions commerciales, c'est-à-dire le paiement de fournisseurs, ce qui permet à la République populaire d'être le premier exportateur de la planète. Il restreint en revanche très fortement les flux de capitaux. Les individus ne peuvent en principe sortir que l'équivalent de 50 000 dollars (un peu plus de 47 000 euros) du pays par an, tandis que les entreprises doivent obtenir une autorisation gouvernementale pour investir hors du pays.

Le gouverneur de la banque centrale, Zhou Xiaochuan, a déjà fait savoir que l'échéance de 2020 a été fixée pour une pleine convertibilité de la monnaie chinoise. Mais le pays craint l'afflux de capitaux spéculatifs s'il ouvre les vannes trop vite. Ce à quoi s'ajoute un intense lobbying de la part des banques chinoises, majoritairement sous contrôle du gouvernement, qui risquent la concurrence de capitaux de banques étrangères et d'institutions privées chinoises. Ces banquiers, s'ils font mine d'être en accord avec les priorités des dirigeants politiques, voient bien la perte de monopole qui les attend. " Dès qu'on leur dit que l'heure de la réforme financière est venue, ils répondent oui pour la forme mais s'y opposent en réalité ", explique le professeur Chen Bo, à la tête du centre de recherche sur la zone franche créé à l'Université de finance et d'économie de Shanghaï.

Le but premier de la zone de Shanghaï est de permettre à la Chine d'expérimenter cette ouverture financière dans un laboratoire clos, avant d'élargir l'expérience puis de la généraliser, de la même façon que l'ouverture d'une zone économique spéciale en 1980 à Shenzhen avait permis de tester sur un territoire restreint les usines à destination de l'exportation. Mais cette expérience est-elle applicable à la finance? Selon Chen Bo, le peu d'annonces significatives dans le secteur financier est lié au fait que le gouvernement a depuis fait un constat : " Il est aisé de bâtir un mur lorsqu'il s'agit de matériaux mais il n'en va pas de même pour des capitaux, pour lesquels il est impossible de garantir l'étanchéité, l'absence d'impact de l'autre côté. "

Pour débloquer la situation, le premier ministre, Li Keqiang, a assuré aux officiels de Shanghaï à l'issue d'une inspection de terrain, le 19 septembre 2014, qu'il tolérerait une " fuite ", un écoulement de ces capitaux au reste de la Chine, dès lors que celle-ci resterait limitée et maîtrisée. Une ligne téléphonique directe a été établie entre le vice-premier ministre, Wang Yang, et la direction de la zone à Shanghaï, afin de passer outre les réticences au sein de l'administration.

En février 2015, le régulateur a donc enfin pu annoncer qu'il permettait aux entreprises implantées dans la zone d'emprunter à l'étranger jusqu'au double de leur capital enregistré sur place. Mais des incertitudes planent encore quant à la possibilité ou non pour ces entreprises d'utiliser les fonds ailleurs en Chine, et le montant de ces flux demeure limité. De sorte que l'on reste loin de la pleine ouverture annoncée initialement par les autorités.

Alors que le gouvernement avait promis des réformes éclair, des voix déçues se sont fait entendre. " C'est assez rapide ", leur répond toutefois Carmen Ling, la directrice des solutions RMB de la banque Standard Chartered. L'ouverture des comptes de capitaux aux entreprises étrangères est notamment une " véritable avancée " à ses yeux. Elle constate que la Chine crée déjà de nouvelles zones pilotes seulement un an et demi après l'inauguration de Shanghaï. " C'est un processus qui se fera pas à pas,argue Mme Ling, mais c'est une tendance irréversible. "

Les entreprises chinoises, elles, n'ont pas perdu de temps pour mettre à profit cette précieuse opportunité dans leur internationalisation. Il leur suffit désormais de s'enregistrer, en seulement cinq jours ouvrables, pour pouvoir à l'avenir investir à l'étranger sans attendre un feu vert préalable de Pékin, un réel progrès en comparaison des approbations qu'elles devaient obtenir sur chaque opération par le passé. C'est en s'appuyant sur ce mécanisme que le fonds Hony, présidé par le fondateur des ordinateurs Lenovo, a racheté en juillet 2014 la chaîne de restauration britannique Pizza Express. Une opération à 900 millions de livres (1 249 millions d'euros).

Harold Thibault

Le Monde - Économie et Entreprise, jeudi 19 mars 2015, p. SCQ2




© 2015 SA Le Monde. Tous droits réservés.