jeudi 17 février 2011

Lait : le chinois Synutra va se fournir en Bretagne

Les Echos, no. 20872 - Entreprises et régions, jeudi, 17 février 2011, p. 18

Le groupe chinois Synutra va construire à Carhaix, en Bretagne, une usine de production de lait infantile. La matière première lui sera fournie par les producteurs de Sodial.

Le groupe, qui possède en Chine six usines de fabrication d'aliments infantiles, est également implanté en Nouvelle-Zélande ainsi qu'en Australie. Pour « sécuriser sa matière première et diversifier ses zones d'approvisionnement », explique-t-on chez Sodial, dont les producteurs de lait vont fournir les volumes nécessaires, Synutra construira une unité industrielle d'une capacité annuelle de 60.000 tonnes de lait infantile. « L'ensemble des produits finis, précise encore Sodial, seront expédiés en Chine, où les besoins sont très importants », compte tenu de l'évolution constante du niveau de vie de la population.

L'investissement annoncé se situe à ce jour dans une enveloppe comprise entre 60 et 80 millions d'euros. L'emprise foncière nécessaire, de 20 hectares, sera acquise auprès de la communauté de communes. Si le calendrier prévu par l'industriel asiatique est respecté, les travaux devraient démarrer d'ici à la fin de l'année 2011 pour une mise en exploitation du site un an plus tard.

Le souci de la traçabilité

Une centaine d'emplois seront créés dans cette usine installée au coeur de la première région laitière européenne. « Synutra a besoin d'un approvisionnement régulier et sur le long terme, c'est également ce qui motive son choix breton », constate encore Sodial. Le rapprochement entre Sodial et Synutra est piloté par Christian Mazuray, qui dirigeait précédemment l'entreprise laitière Entremont Alliance désormais intégrée dans Sodial. Si Synutra n'a pas été touché par le scandale de la mélamine en Chine qui s'est traduit par six décès et 300.000 enfants empoisonnés, ce groupe, coté au Nasdaq à la Bourse de New York, entend préserver sa marque et investir dans des sites « à la parfaite traçabilité ».

Stanislas du Guerny

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.