jeudi 17 février 2011

Le secteur français des vins et spiritueux bénéficie de la demande chinoise

Le Monde - Economie, vendredi, 18 février 2011, p. 16

La sortie de crise, ça se fête au cognac et au whisky. Le groupe Pernod Ricard, numéro deux mondial des vins et spiritueux (derrière le britannique Diageo), a annoncé, jeudi 17 février, de bonnes ventes semestrielles, à 4,3 milliards d'euros, en hausse de 13 %. Les marchés duty free, l'Asie et les pays émergents tirent l'activité du groupe, avec une croissance de 29 %. Les pays leaders sont la Chine (le Nouvel An chinois plus précoce y a contribué), l'Inde, le Vietnam et Taïwan.

Le marketing de tous les grands groupes de spiritueux s'est axé sur la valorisation de marques " locomotives " sur les cinq continents. La consommation de produits mondiaux de Pernod Ricard - vodka Absolut, Ricard, les whiskies Ballantine's, Chivas Regal, The Glenlivet, Jameson, le cognac Martell... - a certes marqué le pas pendant la crise financière de 2008-2009, mais les consommateurs des marchés émergents y reviennent quand la période est plus faste.

Pour Pierre Pringuet, le patron du groupe Pernod Ricard, c'est le signe de la justesse de cette stratégie. Seule l'Inde, qui taxe les alcools étrangers à plus de 300 %, se singularise par une consommation centrée sur les whiskies locaux.

Selon M. Pringuet, la bonne nouvelle vient aussi du redémarrage des marchés matures d'Europe et d'Amérique du Nord. " En Europe, où les baisses de chiffre d'affaires se situaient entre - 3 % et - 5 % au plus fort de la crise, on note une reprise de + 2 %. Au Royaume-Uni, en Espagne, la hausse est de 1 % ", indique-t-il. Aux Etats Unis, la progression est de 15 %, mais elle est due pour un tiers au moins à une revalorisation du dollar.

Ces bons résultats sont à l'image de tout le secteur. Le 14 février, la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS) a annoncé une hausse des ventes à l'export de 18,3 %, à 9,09 milliards d'euros sur l'année 2010. Si l'on en croit le FEVS, ce chiffre représenterait le deuxième excédent commercial de la France, " après l'aéronautique et devant la chimie-parfumerie ", avec un solde positif de 7,9 milliards d'euros, en hausse de 21,5 % par rapport à 2009.

Cognac et vodka

Cette reprise des exportations en 2010, ne gomme pas, loin s'en faut, la chute brutale (- 16,9 % en 2009) due à la crise financière de 2008-2009. Les ventes à l'étranger ont été emmenées par le cognac (+ 33 % en valeur, à 1,85 milliard d'euros) mais aussi par la vodka (+ 40 %, à 332 millions d'euros). Quant aux ventes de champagne à l'étranger, elles ont progressé de 22 % en valeur pour atteindre 1,95 milliard d'euros.

Le vin aussi a connu un rebond avec une hausse des exportations de 11,7 %, à 4,09 milliards. La hausse a été de 16,9 % en valeur pour le bordeaux, de 27,3 % pour le bourgogne, mais de 3,6 % seulement pour le beaujolais. Ces bons chiffres marquent aussi la fin du déstockage massif engendré par la crise.

Yves Mamou

© 2011 SA Le Monde. Tous droits réservés.