vendredi 18 février 2011

Les places de Shanghai et de São Paulo vont signer un partenariat

Les Echos, no. 20873 - Marchés, vendredi, 18 février 2011, p. 32

La Bourse de Shanghai et la brésilienne BM&FBovespa étudient un projet de double cotation pour les valeurs de leur cote, selon le « Financial Times ».

A l'heure où s'opère une concentration accélérée parmi les places boursières mondiales, le monde des émergents aurait-il également l'intention d'unir ses forces ? C'est l'hypothèse qu'a formulée, dans son édition d'hier, le « Financial Times ». La Bourse de Shanghai serait sur le point de signer avec la principale Bourse sud-américaine, BM&FBovespa, un accord de partenariat. Même s'il n'est pas question de rapprochement capitalistique, les Bourses de Shanghai et de São Paulo envisageraient de signer, le 21 février, un texte qui leur permettrait d'échanger des informations et même, selon certaines sources, de rendre possibles des doubles cotations pour leurs sociétés.

Pour Shanghai, un tel partenariat serait pertinent : la capitale économique chinoise vise une capitalisation boursière supérieure à celle de Hong Kong d'ici à trois ans et se rêve officiellement en principale place boursière asiatique à l'horizon 2020. Elle est pour l'heure très loin de cet objectif et s'est surtout illustrée, l'année dernière, par une baisse de 14 % de son indice phare, soit la pire performance parmi les 10 principales Bourses mondiales. Son grand dessein ne pourra se concrétiser qu'à condition, notamment, de rendre possibles les cotations d'entreprises étrangères. Le projet est désormais officiellement sur les rails et ses premières concrétisations sont prévues pour cette année. Le probable accord avec la place de São Paulo pourrait ainsi permettre à des sociétés brésiliennes de venir lever des fonds directement en Chine.

C'est cet aspect qui semble séduire les sociétés brésiliennes. Le groupe Vale, principal exportateur mondial de minerai de fer, n'a pas caché, ces derniers mois, qu'il serait intéressé par la possibilité de s'introduire en Bourse en Chine continentale et d'obtenir ainsi des capitaux libellés en yuans, ce pays représentant presque 40 % de ses débouchés.

STEPHANE LE PAGE

PHOTO - Tang Shuangning (L), chairman of China Everbright Bank, and Yu Zhengsheng, party secretary of the Shanghai Municipal Committee of the Communist Party, hit a gong during a ceremony to mark the lender's listing at the trading hall of the Shanghai Stock Exchange August 18, 2010. China Everbright Bank opened at 3.37 yuan ($0.50) on its first day of trade in Shanghai on Wednesday, up 8.7 percent from its IPO price of 3.10 yuan.

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.