mardi 15 mars 2011

Jean-Louis Rocca : « Il n'y a pas de volonté de changement de régime »




l'Humanité - Cuisine, lundi, 14 mars 2011

Jean-Louis Rocca est sociologue et enseigne à l'université Tsinhua de Pékin (1).

Comment expliquez-vous les réactions du gouvernement chinois aux événements des pays arabes ?

Jean-Louis Rocca. Cette nervosité vient du fait qu'il ne comprend pas bien ce qui s'y passe, par méconnaissance. On assiste à une auto-intoxication liée aux relations complexes de la Chine avec les opinions publiques internationales et leurs médias, et qui débouche sur un parallèle entre la situation en Chine et celle des pays arabes. Ce rapprochement n'est pas juste. D'une part il n'y a pas de système dynastique, la continuité elle celle du Parti communiste, et elle n'est pas personnelle. C'est un pouvoir collégial qui assure une rotation tous les dix ans. La prochaine est pour 2012. D'autre part, la population chinoise, bien que très contestatrice, n'est pas dans la même protestation que celle des peuples arabes. Si la majorité d'entre eux réclament plus de liberté d'expression et d'association (les gens peuvent être exaspérés par la censure des médias parce qu'ils ont l'impression qu'on les traite comme des demeurés), il n'y a pas de volonté de changement de régime.

On est donc loin d'une situation « prérévolutionnaire » ?

Jean-Louis Rocca. En trois décennies de croissance, le pouvoir a extrait des centaines de millions de Chinois de la pauvreté et permis l'émergence d'une classe moyenne de plusieurs centaines de millions d'autres. Il n'y a donc ni désespoir ni impression qu'on n'a pas d'avenir. La poursuite de la croissance et de la hausse des revenus est mise à l'actif de la stabilité dont le régime se veut le garant. Ce qui n'empêche pas le mécontentement réel. Les médias officiels comme les dirigeants s'en font aussi l'écho, c'est une manière de dire aux Chinois que le gouvernement est conscient des problèmes et cherche à les surmonter. Tant que le système sera capable d'apporter des solutions, il restera en place.

Quels seront les effets de la politique de rééquilibrage social ?

Jean-Louis Rocca. Cette décision n'est pas factuelle, liée aux événements du monde arabe. Depuis plusieurs années, la question du social est redevenue centrale pour faire face aux trop fortes inégalités. Depuis deux ou trois ans, la situation s'est améliorée dans les campagnes avec l'instauration d'un minimum de sécurité sociale, la suppression de la taxe sur la terre, la lutte contre la pauvreté... Une telle réorientation vers le social et le renforcement du droit, comme le contrat de travail, suppose une transformation des structures économiques. Le développement d'un marché intérieur signifie une élévation du niveau de vie, donc des salaires, une main-d'oeuvre mieux éduquée pour une production à plus grande valeur ajoutée. Pour maintenir la stabilité il faudra de la part du pouvoir plus de concertation.

Par quels canaux ?

Jean-Louis Rocca. Beaucoup de Chinois estiment aujourd'hui que le maintien de la stabilité passe quelque part par la contestation. Exprimer une revendication, c'est, disent-ils, chercher des moyens pour trouver des solutions dans le but de maintenir « une bonne harmonie ». C'est ainsi que depuis plusieurs années un certain nombre de grands problèmes (le fossé social, la situation des migrants, les expulsions des paysans) sont montés au premier plan des préoccupations nationales. Leur prise en compte va pousser à des évolutions politiques.

(1) Son dernier ouvrage, Sociologie de la Chine (Éditions de la Découverte), déconstruit un certain nombre de préjugés occidentaux sur ce pays.

Entretien réalisé par Dominique Bari

© 2011 l'Humanité. Tous droits réservés.