jeudi 21 avril 2011

Alstom crée avec Shanghai Electric le numéro un des chaudières à charbon

Le Monde - Economie, vendredi, 22 avril 2011, p. 14

Après la catastrophe de Fukushima, qui a semé le doute sur la fiabilité du nucléaire, le charbon redevient-il une énergie d'avenir ? C'est le pari qu'a décidé de faire Alstom. Patrick Kron, son PDG, et Jianguo Xu, le directeur général de Shanghai Electric, ont annoncé, jeudi 21 avril, leur intention de créer une coentreprise détenue à parité, afin de devenir le numéro un mondial de la fabrication des chaudières à charbon.

" Nous sommes présents sur toutes les techniques et toutes les énergies - gaz, pétrole, hydro- électricité, nucléaire, éolien -, et bien sûr le charbon, qui reste une source d'approvisionnement majeure ", soutient M. Kron. Plus de 40 % de l'électricité mondiale est encore produite grâce à la combustion du charbon contre 10 % pour l'énergie nucléaire. " L'Asie, qui dispose de ressources importantes, va représenter dans les cinq a dix ans à venir 80 % de la demande d'équipements à charbon ", poursuit le PDG.

La nouvelle entreprise dénommée Alstom-Shanghai Electric Boilers, dont le siège opérationnel sera basé à Singapour, emploiera 7 500 salariés provenant pour moitié de chaque groupe. Le chiffre d'affaires cumulé atteindra 2,5 milliards d'euros. Les deux partenaires visent la Chine, bien sûr, mais aussi tous les marchés mondiaux.

" Ce partenariat nous donne certes accès au marché chinois toujours difficile à pénétrer, et un atout compétitif majeur en terme de taille et de savoir-faire, mais il est original car il est mondial. Nous exporterons partout où sont les besoins : en Russie, en Inde et dans les pays émergents ", se félicite M. Kron. Et de préciser : " Nos deux groupes conservent leur indépendance et seront concurrents pour la fourniture de centrales clés-en-main ou de services. "

Chaque partenaire apporte son savoir-faire mais aussi ses actifs. Pour Alstom, il s'agit d'usines à Neumark (Allemagne), Chattanooga et Windsor (Etats-Unis), Durgapur (Inde) et Wuhan (Chine), ainsi que de centres d'ingénierie situés à Stuttgart (Allemagne), Ashby (Royaume-Uni), et Massy (France).

Quant à Shanghai Electric, qui se classe parmi les trois premiers fabricants chinois, ses activités sont surtout basées à Shanghaï.

Alstom se fait fort de développer des centrales à charbon propres, en jouant sur tous les leviers : utiliser une mixité de combustibles selon les ressources et les besoins des pays et surtout améliorer l'efficacité des centrales. Les équipements modernes affichent un rendement de 40 % à 50 % et le parc installé de moins de 30 %. Enfin, les équipes de recherche et développement d'Alstom travaillent à mettre au point des systèmes de capture et de stockage de gaz carbonique limitant l'émission de gaz à effet de serre, qui pourraient être mis en oeuvre dès 2015.

Mercredi, le titre Alstom avait bondi à la Bourse de Paris de 4,02 %, anticipant un accord dont l'annonce a été repoussée à deux reprises. Jeudi, à 10 heures, le titre poursuivait sa progression et gagnait encore 1,22 %, à 44,26 euros.

Isabelle Rey-Lefebvre

© 2011 SA Le Monde. Tous droits réservés.