lundi 25 avril 2011

L'aller-retour de Confucius place Tiananmen




Le Figaro, no. 20754 - Le Figaro, lundi, 25 avril 2011, p. 1

Confucius n'aura fait qu'un court séjour, place Tiananmen. En janvier dernier, une statue du vieux sage avait été inaugurée en grande pompe sur la célèbre place de Pékin. L'imposante oeuvre de 17 tonnes et neuf mètres de haut, placée à l'entrée du Musée national de la Chine, symbolisait le retour en grâce de l'auteur des Analectes. Or, la statue vient d'être discrètement retirée de son socle. Les critiques avaient fusé, dans les deux sens. Certains estimaient que le parti se couvrait de honte en célébrant le philosophe voué aux gémonies pendant l'ère maoïste. D'autres déniaient au PCC le droit de s'approprier son héritage. En tout cas, sur des forums d'orthodoxes partisans du parti, on se félicite de ce départ. Si Mao a fait la chasse aux « vieilleries » de la tradition confucéenne, les actuels dirigeants communistes ont saisi tout le parti qu'ils pouvaient tirer de préceptes respirant l'ordre et le sens de la hiérarchie. Pour la première fois depuis 1949, l'anniversaire de la naissance de Confucius a été célébré en septembre 2010 à Pékin. Aucune explication n'a été donnée au retrait de la statue. Du coup, les facétieux internautes chinois s'en donnent à coeur joie. L'un se demande si Confucius a été escamoté pour n'avoir pas voulu adhérer au parti. Un autre, plus audacieux, s'il n'a pas été interpellé par la police pour « crimes économiques », allusion apparente à l'arrestation de l'artiste Ai Weiwei.

ARNAUD DE LA GRANGE (à pékin)

© 2011 Le Figaro. Tous droits réservés.