jeudi 14 avril 2011

Les idées chocs de Valls - Michel Revol

Le Point, no. 2013 - France, jeudi, 14 avril 2011, p. 52,54

Sécurité. Dans son dernier livre, il rompt avec la doxa socialiste.

Depuis 2001, Manuel Valls est maire d'Evry, une ville de banlieue menacée par des « chaudrons de souffrance », les ghettos. La violence, les caïds, la douleur des victimes, mais aussi le délabrement des forces de police et de gendarmerie, il connaît. Dans un livre percutant, le député maire PS fait un sort à la politique du chiffre et du geste de Nicolas Sarkozy, et avance plusieurs propositions en rupture avec la doxa socialiste. Un pas de plus vers le ministère de l'Intérieur, où les observateurs l'envoient déjà en cas de victoire de la gauche en 2012 ?

Extraits

La gauche et la sécurité

Si pour Jaurès le progrès prime sur l'ordre, si pour Clemenceau, dans lequel je me reconnais, l'ordre prime sur le progrès, je fais mienne cette formule d'Auguste Comte : l'ordre pour base, le progrès pour but.

La réflexion que j'ai menée autour de ce livre m'a fait évoluer sur un point. Si, jusqu'à très récemment, je trouvais dans la formule de l'« ordre juste » de Ségolène Royal un certain intérêt, une capacité à réconcilier Jaurès et Clemenceau, aujourd'hui je considère que cette formule s'apparente à une impasse. Accoler la justice à l'ordre revient, de fait, à dire en creux que l'ordre dans sa nudité serait fondamentalement injuste. En vérité, ce slogan n'est qu'un pansement, une excuse qui renforce le blocage inconscient d'une partie de la gauche mal à l'aise avec l'ordre dans son essence. (...)

Zones de sécurité prioritaires

Il y a près de sept cent cinquante quartiers concernés par la politique de la ville où les difficultés sont multiples... Voilà la feuille de route. Il s'agit non pas d'être présent médiatiquement et au coup par coup, mais d'installer, au coeur des territoires, une présence républicaine. Je souhaite donc que les fonctionnaires les plus aguerris soient incités financièrement à prendre leur charge dans les zones les plus difficiles. Voilà un élément clé de la réforme. Aujourd'hui, trop de jeunes policiers arrivent des quatre coins de la France, de métropole ou d'outre-mer, fraîchement promus, dans des zones urbaines dont ils ne connaissent ni la réalité ni les codes. (...) Il y a donc en France des zones de sécurité prioritaires à définir, où tous les moyens devront être concentrés. L'enjeu n'est pas un problème d'effectifs, mais de répartition, d'analyse des bassins de délinquance et de planification horaire. Bref, à la réponse du « prêt-à-porter » doit se substituer celle du « sur-mesure ».

La vidéosurveillance J'ai choisi à Evry d'équiper de caméras la plus grande partie du territoire, des équipements publics et de nombreux espaces publics, tous ciblés. [La vidéosurveillance] est très utile, au quotidien, pour prévenir mais aussi pour confondre, a posteriori, les délinquants. Néanmoins, son usage doit être strictement encadré pour éviter les dérapages. Au final, elle n'est qu'un moyen, efficace, parmi tant d'autres pour décourager l'activité délinquante, mais elle ne saurait à elle seule résumer une politique de sécurité. Or, c'est le chemin qu'emprunte l'actuel gouvernement : la vidéosurveillance engloutit presque tous les crédits à la prévention que l'Etat accorde aux collectivités locales.

En réalité, j'investis beaucoup plus d'espoir sur la cartographie de la délinquance, laquelle consiste à prendre, de manière régulière, une photo statistique de la criminalité en fonction d'un quadrillage territorial précis. (...) Constatant, par exemple, que le nombre de vols ou de détériorations de voitures a augmenté dans tel ou tel quartier, on peut aussitôt réorienter les patrouilles dans les espaces résidentiels ou les parkings concernés.

Sanction immédiate

Il n'est pas pensable, par exemple pour un primo-délinquant, d'être jugé un an après les faits. Pour lui, c'est incompréhensible et la sanction ne pourra être acceptée. Il doit pouvoir être jugé sous trois jours. Ainsi, outre la célérité à renforcer, la gauche revenue aux affaires devra appliquer la théorie dite « du carreau cassé ». Elle postule que les incivilités ou les crimes s'autoalimentent selon un effet de mimétisme qui fleurit lorsque le contrôle social se fragilise. Une vitre brisée sur un édifice public, si elle n'est pas remplacée dans les plus brefs délais, peut être interprétée par le groupe comme un signe révélant l'absence de sanction, et donc désinhiber le passage à l'acte. En effet, il est bien plus facile - car bien moins risqué - d'envoyer une pierre sur un édifice désaffecté tombant en ruine plutôt que sur un immeuble flambant neuf. Loin de justifier la tolérance zéro, par trop démagogique, ce principe doit être l'aiguillon pragmatique de la justice. Or, devant des délinquants multiréitérants se fracassant le crâne à coups de batte de base-ball et s'ouvrant les joues au cutter, on comprend bien que le rappel à la loi est... dérisoire.

Plus de prisons

La moitié des maisons d'arrêt ont un taux d'occupation supérieur à 150 % ! (...) Dans ces conditions, nous ne pourrons pas échapper à la création de nouvelles places de prison. Il faudra redévelopper un programme national ambitieux de rénovation, voire de construction. Mais, compte tenu des faibles marges budgétaires et de l'urgence, nous ne pourrons pas revenir sur le recours au secteur privé. La gestion mixte doit bien sûr être strictement encadrée par l'Etat. Il faut savoir ce que l'on veut. Soit l'on ferme les yeux en laissant croupir les détenus dans des conditions indignes, en réduisant chaque jour un peu plus leurs chances de réinsertion, soit l'on considère que la situation actuelle est indigne d'une démocratie et, alors, il est plus que temps d'agir.

Casser la routine délinquante

Un mineur qui tombe en délinquance est un mineur dont les structures - famille, école - sont tombées, avant lui. Dès lors qu'il n'y a plus aucun garde-fou, la délinquance devient son mode de vie. Dans ce sens, tout le travail va consister à lui redonner le sens et la valeur de la règle. Dans cette perspective, je souhaite une généralisation des centres d'éducation renforcés. Il faut casser la routine délinquante en extirpant le jeune de son environnement. Il doit quitter sa cité pour se retrouver dans un ailleurs, à la campagne ou - pourquoi pas ? - à l'étranger, afin d'être soumis à un programme intensif composé de temps éducatifs, d'activités physiques ou humanitaires. Au sein d'un groupe restreint de mineurs encadrés par autant d'éducateurs, il peut réapprendre les codes fondamentaux de la vie sociale.

Non à la légalisation du cannabis

Certains de mes amis à gauche - dans une logique très libérale, d'ailleurs - proposent la légalisation pure et simple [du cannabis, NDLR]. Je m'y oppose formellement. Les exemples des Pays-Bas - gangrenés par la mafia - ou de l'Espagne montrent bien que cela ne fonctionne pas. Mais mon opposition est bien plus profonde. Elle est d'ordre moral et philosophique. En tant que progressiste qui n'aspire qu'à l'émancipation des individus, je ne peux me résoudre à tolérer la légalisation d'une nouvelle drogue. Toute substance qui contribue à l'aliénation des hommes est pour moi une hérésie. La légalisation serait une défaite morale et philosophique pour la gauche.

L'ordre créateur

La mission du prochain chef de l'Etat sera de réinstaller l'ordre et l'autorité dans leurs vertus premières. Celles qui permettent de constituer les individualités, de les protéger et de leur assurer le plein exercice de la liberté. (...) A la « tolérance zéro », à la « société du care », à « l'ordre juste », il faut opposer, loin des slogans, une définition de l'ordre dans ce qu'il a de plus nu : un ordre créateur. Créateur de sécurité, de liberté et d'émancipation. L'autorité est avant tout émancipatrice. Dans une démocratie, il n'y a pas à choisir entre l'ordre et les libertés. Benjamin Franklin disait : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »

« Sécurité. La gauche peut tout changer », de Manuel Valls (Editions du Moment, 180 p., 14,50 E). Parution le 21 avril.

© 2011 Le Point. Tous droits réservés.