mardi 31 mai 2011

La Chine annonce la création d'une Bourse des terres rares

Les Echos, no. 20943 - Marchés, lundi 30 mai 2011, p. 33

Afin de mettre un peu d'ordre dans le secteur des terres rares et de mieux contrôler les prix, Pékin va créer en Mongolie intérieure la première place de marché consacrée à ces substances indispensables à la high-tech mondiale.

Pékin met de l'ordre dans le secteur des terres rares. Les autorités de la Mongolie intérieure, province dans laquelle sont situées près de 90 % des réserves du pays en la matière, ont en effet donné leur aval pour la création d'une Bourse des terres rares, qui sera située dans la ville de Baotou. D'un capital d'une centaine de millions de yuans (15,4 millions de dollars), celle-ci devrait être opérationnelle d'ici à six mois. Elle sera notamment fondée par Inner Mongolia Baotou Steel Rare-Earth Hi-Tech, le principal producteur chinois, et donc mondial.

Pékin a en effet acquis une position de quasi-monopole dans la production de ces 17 matériaux à la fois rares et indispensables à la confection de l'essentiel des produits technologiques - du lecteur MP3 au disque dur en passant par les éoliennes ou les systèmes de guidage de missiles. L'extraction de ces substances étant à la fois coûteuse et polluante, l'essentiel des acteurs de ce marché se sont retirés de la course, laissant à l'empire du Milieu 95 % de la production mondiale. Une situation dont Pékin a décidé de profiter, comme l'ont prouvé, l'année dernière, les quotas de plus en plus restrictifs mis à l'exportation de terres rares. Ceux-ci ont baissé de 72 % entre les seconds semestres 2009 et 2010, puis encore de 35 % sur un an au premier semestre 2011. Autant de mesures qui ont entraîné des difficultés d'approvisionnement pour les industriels et une envolée des prix.

Opacité

Mais Pékin a aussi subi les contrecoups de cette envolée du marché : une multitude de mines « sauvages » se sont développées sur le territoire, accentuant l'opacité qui entoure ce secteur. Pékin a fait savoir, le 19 mai dernier, qu'il visait désormais à un mouvement de consolidation dans le secteur. La création d'une Bourse d'échange - qui exclura toutefois les contrats à terme -participe de cette logique. Elle devrait notamment « aider à la création d'un mécanisme unifié de fixation des prix », a plaidé dans les colonnes du « Global Times », le vice-secrétaire général de l'Association chinoise des industriels des terres rares, Zhang Anwen. Dans le rapport de force entre vendeurs et acheteurs, la création de cette Bourse devrait donc profiter à la Chine, d'autant qu'une association va être créée sur le modèle de celle des producteurs de fer et d'acier, afin de diriger la Bourse et d'aider les entreprises chinoises dans leurs négociations avec les acheteurs étrangers.

Gabriel Grésillon

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.