mardi 3 mai 2011

La Chine s'ouvre aux écoles étrangères - Jean-Claude Lewandowski

Les Echos, no. 20924 - Compétences, mardi 3 mai 2011, p. 14

Enseignement supérieur en asie ou en europe de l'est, des écoles se hissent au niveau des meilleures.

Changement de cap pour la Chine en matière d'enseignement du management : les autorités ont décidé d'en finir avec la politique des joint-ventures obligatoires avec un partenaire local et d'autoriser les institutions étrangères à s'implanter en propre dans le pays. « La Chine ouvre ses portes, mais de façon contrôlée, explique Patrick Molle, directeur général d'EM Lyon. A Shanghai, par exemple, cinq ouvertures sont autorisées. C'est une façon de favoriser l'émulation et aussi de contribuer au développement de l'économie chinoise. Cela correspond également à un changement de génération. Les apparatchiks d'autrefois ne sont plus aux commandes. » Aujourd'hui, les principales « business schools » chinoises maîtrisent parfaitement les programmes MBA. Elles souhaitent désormais développer des travaux de recherche conjoints avec des écoles étrangères de haut niveau. Une façon de donner de la visibilité à leurs professeurs. « Les écoles chinoises vont devenir de redoutables concurrentes, prévoit Patrick Molle. Dans quelques années, elles vont attirer des étudiants étrangers - d'abord de Corée, du Vietnam, de Thaïlande... Et d'ici à cinq ans, certaines d'entre elles pourraient même ouvrir des campus à l'étranger - avec la force d'attraction de la zone économique la plus puissante du monde. »

© 2011 Les Echos. Tous droits réservés.