jeudi 2 juin 2011

OPINION - Sloterdijk : DSK, le sexe et l'imaginaire français

Le Point, no. 2020 - Idées, jeudi 2 juin 2011, p. 110,111

Propos recueillis par Elisabeth Lévy

Pour le philosophe allemand, si l'inconscient monarchique qui sacralise le sperme royal a persisté en France, l'égalité à l'américaine est une comédie.

Le Point : L'affaire DSK serait l'une des manifestations de l'exception française - et pas la plus glorieuse. Mais, sauf erreur, la testostérone n'est pas une exception française ?

Peter Sloterdijk : Vous vous trompez ! La testostérone française est une exception, car, dans la tradition des rois thaumaturges, elle est une hormone sacrée. Le sperme des rois de France a toujours été considéré comme une substance miraculeuse, sublime, avec laquelle les filles du peuple recherchaient le contact. L'historiographie française a très bien exploré cette croyance délirante en vertu de laquelle il suffisait de toucher la lisière du manteau d'hermine du monarque pour être guéri de toutes sortes de maladies. C'est le manteau qui fait le prince, car il contient le secret du sperme royal.

Dans cette perspective, les femmes ne sont pas nécessairement soumises par la force, mais consentantes, voire demandeuses ?

Oui, une sorte d'ordre féminin regroupe celles qui ont reçu la substance royale. Je ne crois pas que la majorité des amantes de DSK se soient senties maltraitées, mais, au contraire, honorées, distinguées, élues. Être élue par un élu : c'est une forme d'élection au second degré.

Si le sexe a partie liée avec le pouvoir, c'est le produit de notre inconscient monarchique ?

Ce qui est spécifique à la France, c'est la persistance de la monarchie sacrale. La relation entre sexe et pouvoir existe partout. John Fitzgerald Kennedy a été l'un des plus grands « tombeurs » de tous les temps. Chaque peuple possède une tradition des exceptions : il y a une manière française, une manière juive, une manière américaine de faire des exceptions. Or le torrent de l'affaire DSK se situe au croisement de ces trois fleuves d'exceptionnalismes, ce qui contribue à le rendre anthropologiquement fascinant.

Mais on a l'impression d'un jeu à front renversé : d'un côté, il y aurait une Amérique égalitaire et de l'autre, une France des privilèges où les puissants jouiraient de l'impunité. Peut-être n'avons-nous pas vraiment pris la Bastille ?

Il est certain que la rhétorique républicaine n'a pas pu effacer la tradition monarchique de l'imaginaire français. On peut couper les têtes des aristocrates, pas supprimer le rêve de privilèges. En même temps, cela correspond parfaitement à l'essence de la modernité : les gens ne veulent pas être égaux, ils veulent être préférés. L'égalité dans l'insignifiance n'intéresse personne. La démocratie parfaite serait celle qui inventerait l'art de préférer tout le monde.

Ça, ça ne va pas être possible...

C'est précisément le paradoxe fondamental de la modernité que de vouloir démocratiser le privilège. La mentalité d'un personnage comme DSK est bien le produit de l'atmosphère paradoxale de la France contemporaine.

Cela signifie-t-il que la Révolution a échoué ?

Si le but de la Révolution était de remplacer l'homme de l'Ancien Régime par l'homme nouveau, son échec est clair. Dans une perspective psycho-historique, elle a entraîné une multiplication des ambitions et engendré une aristocratie de deuxième ordre dans laquelle la réussite crée un nouveau type d'élection et provoque une inflation psychique qui confère à l'individu un sentiment d'immunité royale. Toute l'histoire est racontée par une photo de DSK prise après sa première nuit au commissariat. Il est en quelque sorte ontologiquement démaquillé. On dirait qu'il a ressenti la vérité du dialogue entre Napoléon et l'un de ses conseillers après l'exécution du duc d'Enghien. « Vous pensez donc que c'était un crime ? », demande le Premier consul, un peu énervé. « Pire que cela, sire, c'était une faute », répond le conseiller. Le visage de DSK exprime très clairement la tragédie de la faute - ce n'est pas l'acte criminel qui te fait tomber du haut de l'échelle au fond de l'abîme, c'est la faute. Et sa faute, c'est de s'être trompé de désir.

Pouvez-vous vous expliquer ? Je vous rappelle que nous ne savons absolument pas ce qui s'est passé au Sofitel de New York.

Il ne s'agit pas de cela, mais de ce que nous savons du style érotique de Dominique Strauss-Kahn. Selon Michel Foucault, la sexualité ne se refoule pas, elle se stimule. Et vous admettrez sans doute que c'est encore plus vrai pour un homme de 62 ans, dont la sexualité n'est plus très spontanée. Il semble que DSK était moins en interaction avec des femmes concrètes qu'avec sa propre vibration sexuelle - c'est l'une des caractéristiques de la sexualité royale. Le monarque qui vient de faire l'amour avec l'une de ses favorites reste immergé dans sa propre onde érotique qu'il projette sur la prochaine occasion. On pourrait parler de tautologie érotique : pour un homme muni d'une clé, tous les trous de serrure se ressemblent.

Oublions le cas de cet homme précis qui est aujourd'hui une affaire judiciaire américaine. Que nous apprend ce scandale sur le « mâle » français ?

Je dirai que la masculinité à la française induit une forme de complicité entre les hommes. Il existe des exceptions d'utilité publique : en tolérant les extravagances des autres hommes, on crée un espace de liberté pour tous, au moins au niveau du fantasme. Cette tendance des Français à accorder avec une grande libéralité des régimes d'exception révèle une certaine sagesse : c'est une façon de tirer les conséquences du fait que, dans la réalité, les mérites de tous ne sont pas égaux.

Aux Etats-Unis, cette normalité de l'exception doit apparaître comme une anomalie radicale, non ?

L'humeur américaine est en effet radicalement différente. Les Américains refusent tout régime d'exception au nom d'une égalité qui constitue le principe régulateur de cette société fondée sur l'immigration. Dans le cas de DSK, ce principe est complètement perverti, car sa célébrité fonctionne en sens contraire. En réalité, son affaire révèle de façon inouïe que l'égalité à l'américaine est une comédie. La teneur en injustice de son acte présumé est, déjà maintenant, bien moins élevée que celle du traitement que lui inflige la justice américaine. Aux yeux du monde entier il est devenu ce que les jacobins de 1793 appelaient un « scélérat ». Dans la logique jacobine, dont on voit qu'elle peut surgir n'importe où, un « scélérat » est passible d'un syllogisme terrible : si vous êtes suspect, on vous accuse, et si on vous accuse, vous êtes coupable. En conséquence, dès que vous êtes « accusable », vous êtes coupable, et en tant que coupable vous êtes exécuté sur-le-champ. Les trois fonctions judiciaires - accusation, condamnation, sanction - sont assurées en même temps. Le résultat, c'est que les mérites de DSK jouent contre lui. S'il était médiocre, personne ne se serait soucié de lui.

Peut-être faudrait-il rappeler à tous ceux qui en rêvent que la célébrité est la pire malédiction qui soit ?

Exactement. Le succès et la ruine sont la même chose. J'ai été frappé par les réactions des résidents du premier appartement où DSK devait demeurer en liberté surveillée. Ils refusaient que leur voisinage soit empoisonné par sa célébrité. C'est quelque chose de tout à fait nouveau. En Allemagne, le Parlement vient de décréter qu'on n'a plus le droit d'être protégé contre le bruit engendré par l'installation d'un jardin d'enfants. Par contre, les habitants d'un immeuble de Manhattan ont le droit de se protéger contre ceux que le discours postpsychanalytique américain désigne comme « toxic people ». Cet environnementalisme appliqué aux relations humaines se combine très bien avec la sensibilité dominante du féminisme américain, qui voit en tout mâle un « individu toxique ».

À entendre les féministes françaises, l'affaire révélerait la persistance en France de la domination des hommes sur les femmes. Que le pouvoir exerce une attraction érotique - le « sperme royal » - est une chose, ce qu'on appelle les « promotions canapé » en est une autre. Croyez-vous qu'en France une femme doit coucher pour arriver ?

Je le répète, le prix suspect que certaines femmes doivent payer pour faire carrière est une réalité universelle pour une raison simple : la sexualité est moderne dans la mesure où elle est devenue un élément de la « libération » - au sens chimique du terme - de la force de travail. D'une certaine façon, les féministes défendent une de nos dernières illusions, celle de l'égalité des armes. C'est en cela que le féminisme est la forme dominante du jacobinisme au XXIe siècle.

Encadré(s) :

Repères

1947 : Naissance à Karlsruhe.

1975 : Doctorat en philosophie sur la théorie de l'autobiographie.

1980 : Séjours en Inde.

1983 : (trad. française, 2000) : « Critique de la raison cynique » (Christian Bourgois).

1997/2004 : Parution en Allemagne de la trilogie « Sphères ».

1999 : La conférence sur les « Règles pour le parc humain » (Mille et Une Nuits) déclenche un scandale en Allemagne.

Depuis 2001 : Recteur de l'Université des arts et du design de Karlsruhe.

2002 : Succède à Marcel Reich-Ranicki comme concepteur de l'émission sur la ZDF « Quartet philosophique ».

2006 : « Le palais de cristal » (Maren Sell).

2007 : « Colère et temps » (Maren Sell).

2009 : Parution de son livre sur l'éthique et l'anthropotechnique « Du musst dein Leben ändern » (« Tu dois changer ta vie »).

2010 : Traduction française de « Globes » (« Sphères », t. 2).

2011: Traduction française de « Tu dois changer ta vie » (Maren Sell).

© 2011 Le Point. Tous droits réservés.