mardi 27 septembre 2011

Les exportations automobiles chinoises devraient battre un record cette année

La Tribune (France), no. 4816 - Industrie & services, mardi 27 septembre 2011, p. 8

Elles pourraient franchir le cap des 800.000 unités, dépassant les niveaux d'avant la crise. Chery est en pointe avec un bond de 88 % sur huit mois.

Elles font trembler les constructeurs européens et américains, japonais et coréens. Pour l'instant, elles pèsent peu à l'échelle internationale. Mais, même si l'Europe et les États-Unis ne constituent pas encore leur priorité, les exportations de voitures chinoises explosent, aiguillonnées par le ralentissement sur le marché de l'ex-empire du Milieu! Elles ont battu un record en août dernier à 86.200 unités (+ 83 % en un an). Les ventes de véhicules chinois hors de Chine pourraient atteindre les 800.000 sur l'année et dépasser ainsi de 15 % le niveau d'avant la crise, selon la CAAM (chambre des constructeurs). Principaux débouchés : Brésil, Chili, Égypte, Turquie.

Chery, premier exportateur chinois, a vu ses ventes à l'étranger progresser de 88 % sur huit mois. Certes, les volumes restent modestes (107.850 unités). Il n'empêche. Modèle le plus populaire de la marque à l'étranger : le Tiggo, un 4×4 compact copié du Toyota Rav4 d'ancienne génération. 70 % des véhicules vendus hors de Chine par Chery sont assemblés à l'étranger. Une manière de contourner les barrières douanières. Les constructeurs de l'ex-empire du Milieu multiplient d'ailleurs les usines de montage locales... mais avec très peu d'intégration sur place. Les composants sont presque tous exportés de Chine. Chery devrait débuter la production en Turquie vers la fin de l'année. Capacités : 100.000 unités par an. La construction du site de São Paulo, au Brésil, vient par ailleurs de démarrer. Chery promet d'y investir 300 millions d'euros pour des livraisons dès septembre 2013. La capacité de production devrait passer de 50.000 véhicules par an à l'ouverture à 180.000 ensuite. Chery est présent sur le marché brésilien depuis 2009. Il s'apprête par ailleurs à construire un site dans la banlieue de Buenos Aires, en Argentine. Investissement : 130 millions d'euros, pour 40.000 véhicules au départ.

Prix de vente attractifs

Geely, qui envisage carrément de livrer hors de Chine 2,5 millions de véhicules vers 2015, annonce pour sa part son intention de construire une usine près de Jakarta, en Indonésie, avec un potentiel de 10.000 unités annuelles, puis de 50.000 dans un deuxième temps. BAIC crée, quant à lui, une coentreprise en Russie, pour produire 60.000 utilitaires légers et camions par an.

Les modèles chinois, rustres et à la fiabilité médiocre, ne peuvent certes rivaliser pour le moment avec leurs concurrents des pays développés en sécurité, consommations, rejets de CO2, qualité de fabrication. Mais ils ont pour eux des prix imbattables avec lesquels ils s'imposent sur des marchés où une apparence flatteuse et des bas tarifs sont des arguments de vente clé.

Alain-Gabriel Verdevoye

(c) 2011 La Tribune. Tous droits réservés.