mardi 27 septembre 2011

L'homme le plus riche de Chine au comité central - Arnaud de La Grange

Le Figaro, no. 20886 - Le Figaro, mardi 27 septembre 2011, p. 11

Liang Wengen (PHOTO à droite) deviendrait en 2012 le premier entrepreneur privé à accéder à cet organe clé du Parti communiste.

C'est sans doute une petite révolution, dans les hautes sphères du Parti communiste. Une décision symbolique, en tout cas. L'homme qui vient d'être désigné comme le plus riche de Chine - par les classements Forbes et Hurun -, devrait faire son entrée au sein du comité central du Parti lors du congrès de 2012. Il deviendrait ainsi le premier entrepreneur privé à accéder à cet organe clé du PCC.

Magnat de la machine-outil, Liang Wengen, 55 ans, possède 58 % du groupe Sany, qui est basé dans la province du Hunan. Sa fortune est estimée à 11 milliards de dollars par le groupe Hurun et à 9,3 milliards par Forbes. L'enquête du Parti précédant son recrutement aurait déjà été bouclée. Et il pourrait même avoir une fonction opérationnelle, avec rang de vice-ministre, comme par exemple le poste de vice-gouverneur du Hunan. En lançant sa fameuse théorie des « Trois représentations » en 2000, l'ancien président Jiang Zemin avait ouvert les rangs du Parti aux entrepreneurs privés. Un peu plus tard, ils ont été autorisés à devenir délégués provinciaux. Mais jusqu'à présent, les seuls grands patrons à avoir poussé la porte du comité central - qui compte quelque 200 membres - étaient à la tête de grandes entreprises d'État.

Sur l'Internet chinois, les réactions sont contrastées. Certains voient d'un oeil très favorable cette promotion politique, « car la Chine a besoin de dirigeants qui connaissent bien l'économie, l'entreprise ». D'autres au contraire, s'insurgent contre un « gâchis », relevant que « la Chine ne manque pas de fonctionnaires, mais plutôt de grands patrons pour bâtir des marques d'envergure internationale ». Ou y voient une preuve de plus de la collusion malsaine entre le pouvoir politique et les « super-riches ». Les observateurs optimistes, en tout cas, veulent y voir un signal positif pour le secteur privé chinois, maltraité par rapport au secteur public devant lequel est notamment déplié le tapis rouge du crédit. Comme si, alors que le modèle économique chinois doit se transformer pour ne pas faire tousser la croissance, Pékin voulait de nouveau donner de l'air au privé.

Il reste à savoir si cette promotion est un « coup médiatique » isolé des dirigeants chinois. Ou bien l'amorce d'une nouvelle tendance, avec l'arrivée des grands barons du capitalisme rouge en politique. À voir aussi si tous les milliardaires chinois se laisseront séduire par les sirènes du pouvoir. Certains d'entre eux risquent alors de devoir troquer, au moins en apparence, leur mode de vie luxueux pour des bureaux plus austères. Des journaux rappellent que Liang aime se déplacer dans l'une de ses neuf limousines Maybach ou son hélicoptère privé.

© 2011 Le Figaro. Tous droits réservés.


Liang Wengen, un milliardaire au PC chinois
Libération - Monde, mardi 27 septembre 2011, p. 12

L'homme le plus riche de Chine pourrait devenir l'an prochain le premier entrepreneur privé à rejoindre les 204 membres du Comité central du Parti communiste, a rapporté, hier, la presse chinoise. PDG et fondateur de la compagnie privée d'engins de chantier et de machines-outils Sany, Liang Wengen (Photo à droite) pèse 6,8 milliards d'euros. Très discret, le businessman, 57 ans, est né dans un village pauvre de la province du Hunan, où sa famille fabriquait des paniers en bambou. Il a ensuite fait carrière au ministère chargé de fabriquer les munitions et les chars d'assaut de l'armée. Il a quitté ce poste en 1987 pour créer son entreprise. En 2001, le Parti communiste s'est ouvert pour la première fois aux entrepreneurs privés. Aujourd'hui, nombre de milliardaires sont membres du parti. Un tiers des 50 plus grandes fortunes de Chine siègent à l'Assemblée nationale populaire ou à la Conférence consultative politique, selon le China Daily. Le PC compte en tout 80 millions de membres, soit 17 % de la population.

© 2011 SA Libération. Tous droits réservés.