lundi 3 octobre 2011

Nouvelles tensions sino-américaines sur le yuan - Cécile Prudhomme

Le Monde - Economie, lundi 3 octobre 2011, p. 14

Les Américains ont rouvert les hostilités à l'égard des Chinois. Le motif ? L'arrimage du yuan au dollar et la sous-évaluation de la monnaie chinoise, qui rend les produits sortant de Chine très compétitifs sur les -marchés extérieurs. Une vieille querelle.

Le 22 septembre, des sénateurs américains ont déposé un projet de loi visant à faciliter les demandes des entreprises américaines d'appliquer des droits de douane supplémentaires sur les produits chinois.

A l'approche des élections présidentielles, les élus du Congrès considèrent que la Chine risque d'entraver le programme de relance américain en continuant à vendre ses produits à moindre coût.

Ils soutiennent également que la politique menée par la Chine, consistant à contenir volontairement sa devise, a coûté aux Etats-Unis plus de 2,8 millions d'emplois depuis 2001.

Le sénateur démocrate de New York, Chuck Schumer, à l'origine de ce texte, a qualifié la politique de changes des dirigeants chinois de " meurtre économique ".

Son homologue démocrate de l'Ohio, Sherrod Brown, a ajouté que la manipulation de la monnaie chinoise " n'est pas de la concurrence ", mais " de la triche ". Le projet de loi doit être discuté au Sénat la semaine prochaine.

Depuis plusieurs mois, les Américains avaient quelque peu oublié cette guerre des monnaies. Ils avaient d'autres chats à fouetter, préoccupés tout à la fois par le débat sur le relèvement du plafond de leur dette, la perte de leur triple A et, surtout, la façon de relancer l'économie.

Par le passé, les parlementaires avaient déjà tenté de faire passer des réglementations protectionnistes de même nature. Barack Obama serait opposé à de telles mesures. Le président américain ne s'est toutefois pas encore officiellement exprimé sur le sujet.

Jeudi 29 septembre, le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Hong Lei a déclaré que la Chine espérait " que les parlementaires américains ne - perturberaient - pas le développement des relations sino-américaines (...) et - reviendraient - sur leur décision de faire voter le projet de loi ".

Propriété intellectuelle

Un groupe de cinquante et un industriels américains a alerté les parlementaires sur la dangerosité des mesures qu'ils envisagent de prendre. Ils ont enjoint au Congrès de plutôt se concentrer sur la politique de propriété intellectuelle, qui favorise les sociétés chinoises.

Vendredi 30 septembre, la secrétaire américaine au Trésor adjointe aux questions internationales, Lael Brainard, était à Pékin, officiellement pour " discuter avec ses homologues de l'évolution de l'économie internationale, de la préparation des prochaines rencontres du G20 et de la façon de renforcer et promouvoir " les intérêts des entreprises américaines en Chine.

Elle a insisté sur le fait que le yuan reste " fortement sous-évalué ", malgré son mouvement d'appréciation entamé en juin 2010, et elle a répété que les Etats-Unis attendent de Pékin une accélération de la réévaluation de sa monnaie. Les marchés spéculent sur une appréciation du yuan et poussent la Banque centrale à fixer régulièrement de nouvelles limites au taux de conversion du yuan avec le dollar.

Vendredi, le dollar se situait à 6,38 yuans, son plus haut depuis qu'a débuté le processus de libéralisation du marché, soit une hausse du yuan de 3,16 % depuis le début de l'année.

Les économistes de Barclays Capital s'attendent à ce que le taux de conversion du yuan en dollars atteigne 6,08 dans les douze mois qui viennent.

Cécile Prudhomme

PHOTO - US Secretary of State Hillary Clinton (L) shakes hands with China's Foreign Minister Yang Jiechi (R) before their meeting September 26, 2011 at a hotel in New York on the sidelines of the United Nations General Assembly.


La comptabilité chinoise dans le viseur de Washington

Le département américain de la justice s'intéresse aux irrégularités comptables de sociétés chinoises cotées aux Etats-Unis, a fait savoir, vendredi 30 septembre, un responsable de la Securities and Exchange Commission (SEC). Le gendarme des marchés, qui mène déjà l'enquête sur ce sujet au côté du FBI, a révélé que des dizaines de sociétés basées en Chine et cotées sur les marchés américains affichent une comptabilité irrégulière ou ont vu leurs auditeurs démissionner. Deloitte Touche Tohmatsu a cessé, en mai, sa mission d'audit pour l'éditeur chinois de logiciels Longtop Financial Technologies, dénonçant des falsifications de documents financiers.

© 2011 SA Le Monde. Tous droits réservés.